Page:Gautier - La sœur du soleil.djvu/278

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


contre des forces sans doute considérables ? Il n’aurait pu le dire. Cependant il ne doutait pas qu’il n’arrivât à triompher de ses adversaires quels qu’ils fussent. Il est des volontés souveraines qui domptent les événements, qui, dans une bataille, entraînent les combattants, exaltent leur courage, les rendent formidables. Le prince de Nagato sentait en lui une de ces volontés irrésistibles. Pour la sauver, elle, il lui semblait qu’il eût à lui seul dispersé une armée.