Page:Gautier - Le Collier des jours.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

tite herbe, qui n’a l’air de rien, mais qui saigne une goutte de lait, quand on casse la tige, un lait terrible !… Je n’hésitai pas à sucer de ce lait, autant que j’en pus trouver. Le résultat fut très rapide : j’eus une inflammation violente de la bouche et de la gorge, une brûlure si douloureuse, que je n’ai jamais pu revoir cette perfide goutte de lait, sans retrouver cette affreuse sensation.

Je dus passer plusieurs jours à l’infirmerie, et, le médecin, ne comprenant pas ce que j’avais, je lui expliquai que je m’étais empoisonnée, pour m’en aller du couvent.

L’effet que je cherchais fut, malheureusement, tout a fait manqué. On se garda bien de raconter à ma famille qu’il y avait des plantes dangereuses, à la portée des enfants. Mais on sarcla soigneusement les herbes folles, qui prospéraient au pied des murailles et des arbres, et l’affreux préau de terre battue fut ainsi privé de toute verdure.