Page:Gautier - Les Cruautés de l'Amour, E. Dentu, 1879.djvu/109

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
97
les cruautés de l’amour

sans pensée, puis de nouveau il perdit connaissance.

— Ah ! Seigneur, comme c’est horrible ! dit la jeune fille en cachant son visage dans ses mains.

Le docteur pansa les plaies sans arracher un tressaillement au blessé. On eût pu le croire mort sans le soulèvement pénible et profond de sa poitrine.

— Y a-t-il quelque espoir ? dit Clélia en regardant Ovnikof avec angoisse.

— Je ne puis rien dire encore, répondit le docteur en soulevant ses épaules ; la blessure est très-grave, une côte a fait dévier la balle qui, sans cela, allait droit au cœur. Le poumon est traversé, je ne puis répondre de rien.

— Ah ! docteur, si vous aimez un peu l’enfant que vous avez vu naître, vous le sauverez ! dit Clélia.

— Parbleu ! si je vous aime ! chère petite ; mais vous tenez donc bien à lui ?

— Oui, beaucoup, dit-elle en rougissant un peu.

— C’est, ma foi, le plus beau jeune homme que j’aie jamais vu, dit Ovnikof, qui est-ce ?

— Le fils d’un paysan ; il m’a rendu de grands services. Ah ! Pavel ! s’écria-t-elle, et sa mère ! et