Page:Gautier - Les Cruautés de l'Amour, E. Dentu, 1879.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
63
les cruautés de l’amour

loup m’avait croqué ? dit le jeune homme en riant.

— Le loup, non pas… grommela Catherine qui n’acheva pas sa pensée et servit le souper.

— Voyons, raconte-nous ta chasse, André, dit Clélia, qui avait ressenti un singulier mouvement de joie en voyant revenir le jeune homme sain et sauf.

Un sourire dédaigneux plissa les lèvres d’André.

— Ils se sont mis à cinq pour tuer une malheureuse louve, dit-il, et encore ils l’ont manquée, et elle s’est retournée contre eux. Le seigneur Pénoutchkine l’a échappé belle.

— Ah ! comment est-ce arrivé ? dis-nous cela, s’écria Macha.

— Voici, répondit André. Ils avaient tiré leurs cinq coups de carabine : trois balles allèrent couper quelques brindilles aux sapins ; deux seulement portèrent. La bête était atteinte à l’épaule et avait une oreille emportée. Les chasseurs étaient si sûrs de l’avoir tuée, qu’ils coururent à elle ; mais la louve se releva furieuse et s’élança sur eux. Tous s’enfuirent, à l’exception de Pénoutchkine, qui fut renversé et se mit à pousser des hurlements affreux. Je n’étais pas loin ; j’accours. Les cris du seigneur dominaient les aboiements des chiens, qui, mieux avisés que les hommes, se tenaient à