Page:Gautier - Les jeunes France, romans goguenards.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



ONUPHRIUS


OU


LES VEXATIONS FANTASTIQUES


D’UN ADMIRATEUR D’HOFFMANN


Croyoit que nues feussent paelles d’arin, et que vessies feussent lanternes.
Gargantua, liv. I, ch. xi.


— Kling, kling, kling ! — Pas de réponse. — Est-ce qu’il n’y serait pas ? dit la jeune fille.

Elle tira une seconde fois le cordon de la sonnette ; aucun bruit ne se fit entendre dans l’appartement : il n’y avait personne.

— C’est étrange !

Elle se mordit la lèvre, une rougeur de dépit passa de sa joue à son front ; elle se mit à descendre les escaliers un à un, bien lentement, comme à regret, retournant la tête pour voir si la porte fatale s’ouvrait. — Rien.

Au détour de la rue, elle aperçut de loin Onu-