Page:Gautier - Mémoires d'un Éléphant blanc, Armand Colin et Cie, 1894.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




Avant-Propos




Les anciens racontent que les éléphants ont écrit des sentences en grec et que l’un d’eux, même, a parlé. Il n’y a donc rien d’invraisemblable à ce que l’éléphant blanc dont il s’agit ici, le fameux Iravata, si célèbre dans toute l’Asie, ait pu écrire ses mémoires.

L’histoire de sa longue existence, tantôt glorieuse, tantôt misérable, à travers le royaume de Siam, l’Inde des maharajahs et des Anglais, est d’ailleurs pleine d’imprévu et des plus curieuses.

Après avoir été presque une idole, Iravata devient un guerrier ; il est fait prisonnier avec son maître qu’il délivre et sauve de la mort. Puis il est jugé digne d’être le gardien et l’ami de la merveilleuse petite princesse Parvati, pour laquelle il invente d’extraordinaires jeux et qui le réduit en un doux esclavage.

On verra comment un vilain sentiment, qui se glisse dans le cœur du bon éléphant, si sage d’ordinaire, le sépare pour longtemps de sa chère princesse, le jette dans les aventures de toutes sortes et lui cause de cuisants chagrins. Mais enfin, il retrouve sa fidèle amie et le pardon lui rend le bonheur.