Page:Gautier - Mémoires d'un Éléphant blanc, Armand Colin et Cie, 1894.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



J’explique tout cela aujourd’hui avec les mots que j’ai appris depuis, mais alors, j’admirais sans comprendre, et j’avais la sensation de voir toutes les étoiles du ciel nocturne en même temps que le soleil du jour et les fleurs du plus beau printemps.

Les porteurs du roi descendaient les marches en face de moi : Sa Majesté approchait. Alors, mon conducteur me piqua l’oreille et mon compagnon, me frappant les jambes de sa trompe, m’indiqua que je devais m’agenouiller.

Je le fis volontiers devant cette splendeur, qui me semblait devoir brûler celui qui y toucherait.

Le roi inclina légèrement la tête ; il m’avait salué ! Je sus par la suite que seul j’étais honoré d’une pareille faveur et j’appris vite à rendre au roi son salut, ou plutôt, à le saluer le premier.

Sa Majesté m’adressa quelques paroles, qui ne furent pour moi qu’un bruit agréable. Il me donna le nom de « Roi magnanime », avec le titre de mandarin de première classe, puis il posa sur mon front une chaîne d’or et de pierres précieuses. Il rentra ensuite dans son palais. Les assistants, toujours prosternés jusque-là, se relevèrent d’un seul mouvement, et avec des sauts et des cris de joie, m’accompagnèrent vers mon palais, à moi, où l’on allait m’installer.

C’était dans un jardin au milieu d’une vaste pelouse que s’élevait ce palais. Les murs étaient en bois de santal et les larges toitures débordaient tout autour ; vernies en rouge, elles luisaient au soleil avec çà et là des globes de cuivre et des têtes d’éléphants sculptées.

On me fit entrer dans une salle immense, si haute que les poutrelles rouges qui s’enchevêtraient au faîte, me rappelèrent les branchages de la forêt natale, quand le soleil du soir les empourprait.

Un vieil éléphant blanc se promenait lentement dans la salle. Dès qu’il m’aperçut il s’avança vers moi, en agitant ses oreilles pour me faire fête. Ses défenses étaient ornées d’anneaux d’or garnis de clo-