Page:Gautier - Portraits et Souvenirs littéraires, 1875.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


malgré tout son art, toute sa puissance et tout son prestige.

Puis vinrent Judith, la meurtrière biblique, et Cléopâtre, « le serpent du Nil », comme l’appelle Shakespeare. Mademoiselle Rachel servit d’interprète à ces deux créations. Judith réussit faiblement, malgré des vers très-purs et une idée ingénieuse, — celle d’avoir supposé à l’héroïne juive un vague amour pour le général assyrien qu’elle a mission d’assassiner ; — l’heure de la tragédie n’était pas encore venue. Cléopâtre traitée à la fois d’une façon plus antique et plus moderne, tragédie et drame, obtint beaucoup de succès et restera le meilleur poëme scénique, écrit par une femme. L’apostrophe au soleil est dans toutes les mémoires.

Dans Lady Tartuffe madame Émile de Gi-