Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


présence de ces restes magnanimes. On ajoute que, dans un accès d’enthousiasme guerrier, l’honorable général mit coucher près de lui les ossements du héros, pour se hausser le courage à ce glorieux contact, précaution dont il n’avait aucunement besoin. Ce projet ne s’exécuta pas, et le Cid retourna près de donha Chimène, à San-Pedro de Cardena, où il est resté définitivement ; mais une de ses dents, qui s’était détachée, et que l’on avait serrée dans un tiroir, a disparu sans que l’on ait pu savoir ce qu’elle était devenue. Il n’a manqué à la gloire du Cid que d’être canonisé ; il l’aurait été si, avant de mourir, il n’avait pas eu l’idée arabo-hérétique et malsonnante de vouloir qu’on enterrât avec lui son fameux cheval Babieca : ce qui fit douter de son orthodoxie. À propos du Cid, faisons observer à M. Casimir Delavigne que l’épée du héros s’appelle Tisona et non pas Tizonade, qui fait une rime trop riche à limonade. Tout ceci soit dit sans porter la moindre atteinte à la gloire du Cid, qui, outre son mérite de héros, a eu celui d’inspirer si bien les poètes inconnus du Romancero, Guilhen de Castro, Diamante et Pierre Corneille.



Chapitre VI
El correro real ; les galères. ― Valladolid. ― San-Pablo. ― Une représentation d’Hernani. ― Sainte-Marie-des-Neiges. ― Madrid



El correo real dans lequel nous quittâmes Burgos mérite une description particulière. Figurez-vous une voiture antédiluvienne, dont le modèle aboli ne peut se retrouver que dans l’Espagne fossile ; des roues énormes, évasées, à rayons très minces, et placées très en arrière de la caisse, peinte en rouge au temps d’Isabelle la Catholique ; un coffre