Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


rouges, une caisse sans ressorts, ornée de peintures plus ou moins allégoriques, et doublée de vieux damas ou de serge passée avec des franges et des effilés de soie, et par là-dessus un certain air rococo de l’effet le plus amusant ; le conducteur est assis sur le brancard, d’où il peut haranguer et bâtonner sa mule tout à son aise, et laisse ainsi une place de plus à ses pratiques. La mule est enjolivée d’autant de plumets, de pompons, de houppes, de franges et de grelots qu’il est possible d’en accrocher aux harnais d’un quadrupède quelconque. Une calesine contient ordinairement une manola et son amie, avec son manolo, sans préjudice d’une grappe de muchachos pendue à l’arrière-train. Tout cela va comme le vent dans un tourbillon de cris et de poussière. Il y a aussi des carrosses à quatre ou cinq mules dont on ne trouve plus les équivalents que dans les tableaux de Van der Meulen représentant les conquêtes et les chasses de Louis XIV. Tous les véhicules sont mis à contribution, car le grand genre parmi les manolas, qui sont les grisettes de Madrid, est d’aller en calesine à la plaza de Toros ; elles mettent leurs matelas en gage pour avoir de l’argent ce jour-là, et, sans être précisément vertueuses le reste de la semaine, elles le sont à coup sûr beaucoup moins le dimanche et le lundi. On voit aussi des gens de la campagne qui arrivent à cheval, la carabine à l’arçon de la selle ; d’autres sur des ânes, seuls ou avec leurs femmes ; tout cela sans compter les calèches des gens du grand monde, et une foule d’honnêtes citadins et de senhoras en mantille qui se hâtent et pressent le pas ; car voici le détachement de garde nationale à cheval qui s’avance, trompettes en tête, pour faire évacuer l’arène, et, pour rien au monde, on ne voudrait manquer l’évacuation de l’arène et la fuite précipitée de l’alguazil, quand il a jeté au garçon de combat la clé du toril où sont enfermés les gladiateurs à cornes. Le toril fait face au matadero, où l’on écorche les bêtes abattues. Les taureaux sont amenés de la veille et nuitamment dans un pré voisin