Page:Gautier - les noces de Cana de Paul Véronèse.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


NOTE

ADDITIONNELLE

Pour servir de Memoire de M. Gallet, l’aîné,

Négociant, rue Saint-Denis

Présenté à la Municipalité de Paris, le 22 novembre 1790.

Voulant satisfaire tous les citoyens qui m’ont demandé des exemplaires de mon mémoire, j’en ai fait une seconde édition.

A peine ce mémoire a paru, que M. Vauvilliers, qui, apparemment, en craint les suites, a envoyé à la Ferté-Milon un sieur Léger, à l’effet d’obtenir de M. Colombe, préposé dans le tems à la garde de mes magasins, une rétractation au certificat, dont il est parlé à la page 12 du mémoire.

M. Colombe est un brave homme ; il ne s’est pas laissé corrompre. Il est vrai qu’il a assisté à un souper que le sieur Léger avoit fait préparer pour l’endoctriner plus à son aise ; mais il m’apprend en en même-tems qu’il n’a accepté ce souper que pour m’instruire des réponses qu’il a faites aux propositions insidieuses du sieur Léger avec lequel il doit avoir un dernier entretien, dont il me fera également part.

C’est ainsi que M. Vauvilliers, cet homme qu’on dit si dévot, si vertueux, sur-tout si désintéressé, fait employer des menées sourdes et ténébreuses.