Page:Gazier - Histoire générale du mouvement janséniste, depuis ses origines jusqu’à nos jours, tome 1.djvu/256

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
244
histoire du mouvement janséniste

ipsissima verba Saneti Prosperi, ut dicit cardinalis Sancti Clementis in suo veto ; quod est videndum ; — « suspect d’hérésie, à moins que ce ne soient les propres paroles de saint Prosper, comme le prétend le cardinal de Saint-Clément ; il faut vérifier. » Vérification faite, ce n’étaient pas les ipsissimes paroles de saint Prosper, puisqu’il écrivait en latin[1] et la douzième proposition fut condamnée sans hésitation. Ne serait-ce pas le cas de dire Ab uno disce omnes, voilà comment la Bulle a condamné les vérités les plus éclatantes ?

Mais voyons la Bulle elle-même. Son auteur commençait par commenter un passage de l’Évangile de saint Mathieu, celui où Jésus-Christ parle des loups couverts de peaux de brebis. Il appliquait immédiatement cette comparaison à l’auteur des Réflexions morales, « qui attire agréablement le lecteur par de certaines apparences de piété, et par un style plus doux et plus coulant que l’huile ». Le malheureux Quesnel était traité dans ce préambule avec une extrême dureté. Quant à son livre, il était comparé à un abcès dont la pourriture ne peut sortir que si l’on y fait des incisions, et ces incisions c’étaient les cent une citations que le pape condamnait en leur appliquant respectivement, in globo, et sans vouloir entrer dans le détail, vingt-quatre qualifications différentes. Elles pouvaient être simplement fausses, captieuses, malsonnantes et capables d’offenser les oreilles pieu-

  1. Voici les ipsissima verba de saint Prosper :
    Haud dubie impletur quidquid vult summa potestas.
    La 30e proposition, analogue à la 12e, est une traduction très fidèle de saint Fulgence. Clément XI, qui ne le savait pas, l’a jugée suspecte d’hérésie et très voisine de l’hérésie, suspecta de hæresi et hæresi proxima.