Page:Gentillet - Discours sur les moyens de bien gouverner (Anti-Machiavel).djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À TRÈSHAUT ET TRÈS

ILLUSTRE PRINCE

François Duc d'Alençon,

Fils & frère de Roy


MONSEIGNEUR, estant sur le point d'exposer en lumiere ces Discours contre Machiavel, pour descouvrir aux gens d'entendement de nostre nation Françoise la source & les autheurs de la tyrannie qui est exercee en France depuis quinze ans & plus, par ceux qui ont trop abusé tant de la minorité que de la bonté naïfve des Rois : il est advenu, par la grade de Dieu : que vostre Excellence a pris la protection des loix & du bien public du Royaume, contre ceste tyrannie. Qui m'a ocasionné prendre la hardiesse de vous dedier cest œuvre, & de la mettre en veuë publique sous la faveur de vostre tresillustre nom, comme chose du tout accordante & correspondante à vos heroïques & magnanimes desseins. Car s'il paist à vostre Excellence vous faire lire quelque fois, par maniere de plaisir, quelque chapitre des