Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
93
ESCAL-VIGOR

ce qu’il était devenu. En partant pour ces caravanes, il se gardait de dire où il se rendait, tout comme à son retour il se taisait sur l’emploi de son temps et la nature de ses hantises. Comment concilier ces déportements avec la ferveur filiale qu’il entretenait pour son aïeule ! Au retour de ces équipées, il pleurait comme un enfant, demandait pardon à la bonne dame, mais, disait-il, c’était plus fort que lui ; il lui avait fallu ce changement, cette diversion tumultueuse ; il avait besoin de s’étourdir, de se griser de mouvement et de tapage pour chasser le diable sait quelle préoccupation ; car, sur celle-ci, il refusait de s’expliquer. Ou bien il prétextait des maux de tête, des névralgies, reste de sa grave maladie d’autrefois à la pension.

Il lui arriva un jour, sur les instances de Mme de Kehlmark, de conduire Blandine au bal le plus folâtre de la saison. Vers l’aube, il l’entraîna, à la faveur du domino, dans des bastringues de moindre étage, l’acoquina avec des masques de rencontre, lui fit prendre sa part d’un plaisir canaille, dans des milieux qui l’enivraient, lui, comme un mauvais alcool, mais sans lui procurer la joie ou seulement l’illusion de la joie. On remarqua à la ville qu’il ne frayait guère avec les gens de sa