Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
133
ESCAL-VIGOR

pêtre de ce vaurien et ne l’attire que pour nous être agréable, pour me témoigner sa sollicitude. Nous le désobligerions, croyez-moi, en le contrariant dans ses bonnes intentions à l’égard du petit. C’est une façon de m’ouvrir les portes de l’Escal-Vigor. Entre nous, il ne fait sans doute aucun cas de ce barbouilleur ou du moins s’exagère-t-il ses faibles mérites…

Les premiers temps, quand, le soir, Guidon revenait du château, elle l’interrogeait sur l’emploi de sa journée, sur ce qui se passait à l’Escal-Vigor, sur les paroles et les allures du Dykgrave. « Le comte s’est-il informé de moi ? Que t’a-t-il raconté ? Il nous porte bien de l’intérêt, dis ? Voyons, parle, ne me cache rien. Pour sûr, il a dû t’avouer certain faible pour ta sœur ? »

Guidon répondait évasivement, mais de manière à ne pas se compromettre. En effet, le comte s’était informé d’elle comme de son père et même des gens, voire des bêtes de la ferme. Mais sans insister. À la vérité, Claudie défrayait fort peu les causeries du maître et du disciple, tout entiers à leurs études et à leurs travaux.

Guidon devint de plus en plus discret. Depuis leur première conjonction, il avait voué à son pro-