Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
153
ESCAL-VIGOR

mettre l’absolue élévation d’un grand amour d’homme à homme.

Comme Blandine se taisait, ne comprenant rien à ces insinuations : « On a son idée, mamzelle, poursuivit le drôle. M’est avis à moi qu’il n’accorde plus beaucoup d’attention aux jupons, not’maître, en supposant qu’il s’en soit jamais préoccupé… Vous devez en savoir quelque chose, dites ?… Aurait-il déjà dételé ? Lui, un homme jeune, pourtant.

— Landrillon ! protesta Blandine, abstenez-vous je vous prie de ce genre de réflexions… Vous n’avez pas à juger monsieur le comte. Ce qu’il fait est bien fait, entendez-vous ?

— Faites excuse, mademoiselle, on se taira, on se taira… N’empêche qu’il est bien mystérieux, notre seigneur ! Il mène une drôle de vie !… Toujours avec ses paysans, et surtout avec ce petit enjôleur… Nous ne comptons pas plus à ses yeux que son cheval et ses chiens… Vrai, j’admire votre indulgence pour ses fredaines !… Vous savez mieux que moi qu’il vous a complètement lâchée ! Si c’est le changement qu’il lui faut — dam ! j’aime aussi goûter de différents fruits ! — il n’aurait qu’à regarder autour de lui et à vouloir. Les plus belles