Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/216

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
208
ESCAL-VIGOR

de celui d’un de mes amis. L’homme de qui j’attendais la consolation, une parole rassurante, un signe de tolérance, me répondit par une lettre d’anathème et d’interdit. Il criait raca sur le transfuge de la morale amoureuse, se montrant aussi implacable pour les êtres d’exception que le pape de la légende pour le chevalier Tannhæuser. Ah ! Ah ! ce pape de la révolution me voua pour la vie au Venusberg ou mieux à l’Uranienberg !

Cette excommunication majeure qui aurait dû me désespérer me rendit au sentiment de ma dignité individuelle, de mes devoirs envers ma nature. J’ai puisé la force de vivre conformément à ma conscience, à mes besoins, dans l’iniquité même qui m’était faite par l’humanité ; mais, isolé, je passai par des alternatives de découragement et de révolte, et tu t’expliqueras à présent, ma pauvre chérie, mes humeurs bizarres, mes prodigalités, mes excès, mes exploits de casse-cou. Oui, je cherchais toujours l’oubli, et plus d’une fois la mort !

— Tu as souffert plus que moi, lui dit Blandine, comme il s’arrêtait soulagé, avec une sorte de sérénité, le visage presque épanoui, illuminé de franchise, — mais du moins ne souffriras-tu plus