Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/260

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
252
ESCAL-VIGOR

— Halte-là, Joseph ! gouailla Landrillon en le terrassant au moyen d’un croc en jambe.

Tenu sous le valet qui l’avait pris à la gorge, Guidon se défendait de son mieux, battait des pieds et des poings, essayait même de mordre.

— Une ficelle ! demanda Landrillon. C’est que le petit bougre rue comme un diable ! Attachons-lui les mains et les pieds !

— Oui, oui !

Faute de ficelle, les gaupes lacérèrent leurs mouchoirs de cou. Dépoitraillées, la gorge au vent, échevelées, meurtries, du sang aux ongles, dans l’air opaque et fauve de cette lisière de bois, elles auraient évoqué les ménades.

— Lâche ! À moi ! Au secours ! criait la victime.

Deux fois il rompit ses liens. Du sang coulait de ses poignets et de ses chevilles.

Claudie, plus féroce que les autres, mais mieux avisée, poussa un cri de triomphe :

— Tiens ! La courroie de cuir qui retient ses culottes !

— Au fait, elles peuvent tomber à présent ! ricana le domestique.

Et elle-même déboucla cette ceinture dont Landrillon garrotta les jarrets du patient.