Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
259
ESCAL-VIGOR

vers le Dykgrave tout ce qui se trouvait sous la main. Des archers, venus pour conquérir le prix des tirs à la perche et au berceau, visèrent sans vergogne le si prodigue roi de leur confrérie. Une flèche l’atteignit à l’aisselle ; une autre troua la gorge de Guidon et fit gicler le sang sur le visage d’Henry. Kehlmark, sans souci de sa propre blessure, ne cessait de boire et de caresser des yeux le corps outragé de son ami. Mais percé, une seconde fois, vers le cœur, il tomba avec sa précieuse charge.

Comme ils bondissaient pour l’achever, une femme en blanc se mit devant eux, les bras en croix, offrant sa poitrine à leurs coups.

Et sa majesté, sa douleur étaient telles, tels surtout le calme héroïsme, le renoncement divin répandu sur son visage, que tous s’écartèrent et que Claudie repoussa pour toujours, loin d’elle, Landrillon qui l’entraînait réclamant le prix convenu, — pour se jeter, à jamais folle, dans les bras de son père d’où elle éclata de rire au nez du sordide Bomberg…

Blandine ne prononça point une parole, n’eut ni une larme, ni un cri.

Mais sa présence retrempait les bonnes âmes :