Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
49
ESCAL-VIGOR

Quelle corrélation s’imaginait-il exister entre leur sauvagerie et ses propres angoisses ? Puis il se remit à débiter des propos badins à la fille du bourgmestre.

Cependant les confrères de la Ghilde réclamaient leur petit bugle, et comme il s’éternisait dans les appartements, devant les peintures, ils s’en furent le relancer et l’entraînèrent, quoi qu’il en eût, au fond du parc. Henry s’exagéra sans doute leurs dispositions taquines à l’égard du jeune Govaertz, car, avec Claudie, il se porta, étrangement sollicité, du côté de leurs groupes turbulents. Son approche les intimida et coupa court aux brimades qu’ils allaient exercer sur leur souffre-douleur. Toutefois, une sorte de pudeur ou de respect humain empêchait Kehlmark d’intervenir directement en faveur de son protégé ; il se détournait de lui et s’abstint même de lui adresser la parole ; mais en batifolant avec Claudie, il élevait la voix et Guidon se figura très ingénument que le comte voulait être entendu de lui…

Enfin, la bande se décida à regagner le village. Le tambour battit le rappel. Après de derniers cumulets sur l’herbe, les petits va-nu-pieds de Klaarvatsch coururent rallumer leurs falots. La