Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 1.djvu/330

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


la calomnie et du soupçon s’épuisèrent à la fin. Lorsqu’un sénateur était accusé d’être l’ennemi secret du gouvernement, l’empereur se contentait de savoir, en général, qu’il possédait quelques biens, et qu’il s’était rendu recommandable par sa vertu. Ce principe une fois établi, Caracalla en tira souvent les conséquences les plus cruelles.

Mort de Papinien.

L’exécution de tant de victimes innocentes avait

    d’Helvidius-Priscus et de Thrasea-Pætus, ces illustres patriotes, dont la vertu intrépide, mais inutile et déplacée, a été immortalisée par Tacite (*).

    (*) La vertu n’est pas un bien dont la valeur s’estime comme celle d’un capital, d’après les revenus qu’elle rapporte : son plus beau triomphe est de ne pas faiblir, lors même qu’elle se sent inutile pour le bien public, et déplacée au milieu des vices qui l’entourent : telle fut celle de Thrasea-Pætus : Ad postremum Nero virtutem ipsam exscindere concupivit, interfecto Thrasea Pæto. « Néron voulut enfin détruire la vertu elle-même en faisant périr Thrasea-Pætus. » (Tacite, Ann., l. XVI, c. 21.) Quelle différence entre la froide observation de Gibbon et le sentiment d’admiration qui animait Juste-Lipse lorsqu’il s’écriait, au nom de Thrasea : Salve, ô salve, vir magne, et inter Romanos sapientes sanctum mihi nomen ! Tu magnum decus gallicæ gentis : tu ornamentum romanæ curiæ : tu aureum sidus tenebrosi illius ævi. Tua inter homines, non hominis, vita ; nova probitas, constantia, gravitas et vitæ mortisque æquabilis ténor. « Je te salue, homme illustre, nom sacré pour moi parmi ceux des sages Romains ! tu étais l’honneur de la nation gauloise, l’ornement du sénat romain, l’astre qui brillait dans ce siècle de ténèbres. Ta vie, passée au milieu des hommes, s’est élevée au-dessus de l’humanité ; ta probité, ta fermeté, ta sagesse, sont sans exemple, et ta mort peut seule se dire l’égale de ta vie. »
    Néron lui-même ne regardait pas la vertu de Thrasea comme inutile : peu après la mort de ce courageux sénateur, qu’il avait tant craint et tant haï, il répondit à un homme qui se plaignait de la manière injuste dont Thrasea avait jugé un procès : « Plût à Dieu que Thrasea eût été mon ami aussi-bien qu’il était juge intègre ! » Εβȣλομην αν, Θρασεαν ȣτως εμε φιλειν ως δικαστης αριστος εστιν. Plut., Mor., ϖολιτικα παραγγελματα, c. 14. (Note de l’Éditeur.)