Page:Gide - Principes d’économie politique.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VI

LA DÉCOMPOSITION DU TROC EN VENTE ET EN ACHAT

Quand l’échange se fait directement, marchandise contre marchandise, il porte le nom de troc, mais c’est la plus incommode et souvent même la plus impraticable des opérations. Il faut, en effet, pour que le troc aboutisse, que le possesseur d’un objet quelconque se mette en quête d’une personne disposée à acquérir la marchandise qu’il possède et (coïncidence bien plus difficile encore à réaliser !) qui se trouve disposée à lui céder précisément l’objet dont il a besoin. Ce n’est pas tout : il faut encore, en admettant que cette rencontre heureuse puisse s’effectuer, que les deux objets à échanger soient de valeur égale, c’est-à-dire répondent à des désirs égaux et inverses, troisième improbabilité[1] !

L’invention d’une marchandise tierce remédie à ces inconvénients. Elle suppose évidemment une certaine convention expresse ou tacite établie entre les hommes vivant en société, à savoir que chacun consentira à recevoir en échange de ses produits cette marchandise tierce. Ceci une fois convenu, l’opération marche à souhait. Soit le métal argent choisi à cette fin. En échange de la marchandise que j’ai produite et dont je veux me défaire, j’accepte volontiers une certaine quantité d’argent, alors même que je n’en ai que faire : et pourquoi cela ? parce que je sais que lorsque je voudrai acquérir l’objet

  1. Le lieutenant Cameron dans son voyage en Afrique (1874), nous raconte comment il dut s’y prendre pour se procurer une barque a l’homme de Saïd voulait être payé en ivoire et je n’en avais pas. On vint me dire que Mohammed Ibn Sélib avait de l’ivoire et qu’il désirait de l’étoffe malheureusement comme je n’avais pas plus de l’un que de l’autre, cela ne m’avançât pas beaucoup. Mais Ibn Guérib qui avait de i étoffe manquait de fil métallique dont j’étais largement pourvu. Je donnai donc à Ibn Guérib le montant de la somme en fil de cuivre il me paya en étoffe que je passai à Ibn Sélib : celui-ci en donna l’équivalent en ivoire à l’agent de Saïd… et j’eus la barque ! ».