Page:Gide - Un esprit non prévenu, 1929.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

la pensée, il y a certain gonflement de la phrase, non certes redondance, mais plénitude de respiration et de vie, certain émail, à quoi je suis plus sensible qu’à tout le reste.

La division de l’âme dont on nous parle tant aujourd’hui, n’a peut-être jamais été plus fortement exprimée que par ce vers de Racine :

Par quel trouble me vois-je emporté loin de moi.

Je lis dans Proust (N. R. F. du mois d’août) : « … ce n’était qu’hors de sa présence » — que je considère comme une faute très regrettable ; mais je ne puis tenir pour faute l’emploi de « réaliser » dans cette phrase :