Page:Gide - Un esprit non prévenu, 1929.djvu/59

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

artistes, et que seul l’art parfait reste à l’abri du vieillissement.

Le sage Sainte-Beuve dénonce, je ne sais plus où, ce fréquent travers de l’esprit de se pousser de préférence et chercher des incitations du côté où déjà par nature il penche le plus. Et c’est là ce qui me fait si souvent déplorer qu’aux parents soit confiée la garde des enfants qui déjà naïvement leur ressemblent et qui trouvent en eux l’exemple et l’encouragement de leurs secrètes dispositions ; ce qui fait qu’à vrai dire l’éducation familiale bien rarement les redresse, mais qu’elle aide à les incliner, et que les fils de parents butés sont butés plus avant