Page:Gide - Un esprit non prévenu, 1929.djvu/78

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

cette accusation de Platon et je n’en retiens rien, sinon ceci : que Platon n’aimait point la musique. Il refusait aux musiciens droit de cité dans sa République et, quand il nous dit qu’Orphée était lâche, il ajoute : « … comme un musicien qu’il était ». Mais il est vrai pourtant qu’Orphée n’avait rien d’un héros. Dans Thésée, au contraire, je ne vois rien que d’héroïque ; et qu’il soit cynique aussi, je laisse d’autres s’en indigner. S’il descend aux enfers, lui, compagnon de son fidèle Pirithoüs, ce sera pour violer Proserpine. Ce qui le tente, c’est le défi : défi à la règle, à la nature, à la morale, aux lois. Le seul fils qu’il aura naîtra de la chaste amazone. Ariane s’attache à lui ; lui,