Page:Gil Blas - 23 novembre 1881.djvu/3

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Cette page n’a pas encore été corrigée


LA NOUVELLE PRIME DE GIL BLAS


Le grand succès que nous avons obtenu avec les montres en nickel données en prime à nos abonnés, qui ont pu en apprécier la bonne qualité, nous a engagés à leur faire une nouvelle surprise.

À la suite d’un nouveau traité que le journal a passé avec MM. B. Haas jeune et Cie, nous sommes en mesure d’offrir à nos lecteurs une seconde prime consistant en :

1° Une montre de dame, en or, à remontoir, avec mise à l’heure mécanique, 12 ou 13 lignes, bélière Louis XV, échappement à cylindre, huit trous en rubis, au prix incroyable de 65 francs, en sus du prix de l’abonnement ;

2° Une montre d’homme, en or, à remontoir, mise à l’heure mécanique, bélière Louis XV, que nous livrons au prix de 85 francs, en sus de l’abonnement.

Ces montres sont en or à dix-huit carats, poinçonnées du contrôle français, et seront toujours livrées avec un bulletin de garantie de cinq années, par MM. B. Hass jeune et Cie. Elles seront gravées de différentes façons ; mais selon le désir de nos abonnés et sur l’indication qu’ils en feront, les montres porteront leur chiffre gravé en Renaissance ou en tout autre style sur guilloché ou poli, en ajoutant 5 francs au prix indiqué.

Ce n’est qu’en nous imposant des sacrifices considérables que nous arrivons à livrer ces montres à si bon marché, le prix de revient étant au moins du double dans toutes dans toutes les maisons concurrentes de MM. Haas jeune et Cie.

Ces montres seront livrées, comme les précédentes, dans les manufactures MM. Haas jeune et Cie :

À Genève, quai du Mont-Blanc ;

À Ferney-Voltaire (Ain) ;

À Besançon, 60 Grande-Rue ;

Et dans leur maison de Paris, 104, boulevard Sébastopol.

Les demandes pourront être adressées à l’administration de GIL BLAS, 10 boulevard des Capucines, où l’on voit dès à présent les spécimens des montres.

Tous les abonnés anciens et nouveaux auront droit à cette prime, même ceux qui ne prendront qu’un abonnement de trois mois.

Toutes les commandes faites avant la fin de novembre seront livrées avant le 1er janvier ; mais passé ce délai, notre fabriquant ne peut plus garantir la livraison pour cette date.

Nous n’avons pas à faire l’éloge de la maison de MM. Haas jeune et Cie, dont la réputation est universelle. Les produits de ces fabriques sont répandus et appréciés dans le monde entier.

Toutes les montres sont livrées dans un écrin de velours et couvert de cuir dit de Russie.

Nous informons en outre nos abonnés qu’il nous reste environ deux mille montres nickel de notre ancienne prime, que nous continuerons à livrer, jusqu’à leur épuisement, au prix de 22 francs en sus de l’abonnement.

SOMMAIRE
Le calicot. - Jean Richepin.
Nouvelles et échos. - Le Diable Boiteux.
Le petit brantome de poche. - Bourdeau de Bourdeille.
Les paysans. - René Maizeroy.
L’actualité. - Gaston Vassy.
Informations. - Georges Duprey.
Les faits du jour. - Pierre Ferrare.
Tour du monde. - Louis Rozier.
Journaux et revues. - Jean Ciseaux.
Sport. - The Farmer.
Courrier des théâtres. - C. de Trogoff.
Passe-temps. - E. Framery.

LE CALICOT


C’est curieux comme la réalité à la peine de se fourrer dans nos cervelles, et comme nous avons l’observation paresseuse ! Il suffit d’un type fortement créé ou imaginé par l’art, pour nous boucher les yeux en face de la réalité qui devrait nous les crever.

Ainsi, nous continuons à voir l’officier à travers les charges de Durandeau et de Jules Noriac.

Ainsi nous sommes toujours dans le roman, la comédie, la chronique, la nouvelle à la main, au calicot du temps de Louis-Philippe, au courtaud de boutique dépeint par Balzac, Gavarni et Paul de Kock.

Le calicot, pour nous, c’est le godelureau frisé, pommadé, qui une l’étoffe à coup d’œillades, qui fait la bouche en cul de poule, et qui se déhanche à chaque reprise de son éternel refrain :

— Et avec ça médême ?

Nous le voyons cependant en chair et en os, le calicot d’aujourd’hui. Nous pouvons le savoir. Il n’est personne qui n’ait eu affaire à lui, dans ces grands bazars du commerce moderne qui sont une des figures du Paris nouveau. Nous devrions l’avoir bien dans l’œil, et nous nous contentons d’avoir son type légendaire dans le nez.

Encore un type à refondre, pourtant ! Encore un personnage à refaire de pied en cap dans le panorama contemporain, où il tient une place considérable, où il n’a pas sa physionomie exacte et mise au point !

Qui se chargera de cette retouche ? Qui est capable de l’exécuter ? En tout cas, le besoin, comme on dit, s’en fait sentir. L’étude est dans l’air. Il paraît que Zola et Daudet travaillent, chacun de son côté, à un roman sur les grands magasins. Ou je me trompe fort, ou ce sera là du vrai neuf.

Pourvu, toutefois, que ces deux maîtres peintres y voient autre chose qu’un prétexte à tableau, à description, à virtuosisme ! Le danger, devant ce sujet, ce sera d’être ébloui par l’étalage, et de se borner à faire chatoyer les adjectifs, papillotter les verbes, froufrouter les phrases. Le danger, ce sera de se noyer dans la faille, le satin, le velours, les dentelles, les tapis, les costumes, les falbalas, les lumières, les couleurs, comme le Ventre de Paris s’est enlisé dans les légumes et les fromages.

Le danger, ce sera de traiter les grands magasins en nature morte, au lieu d’y chercher un portrait, c’est-à-dire au lieu d’en saisir l’âme.

Car ils ont une âme ; et cette âme, c’est le calicot.

Le calicot d’aujourd’hui, ce n’est plus du tout ce petit commis d’autrefois, fils d’un boutiquier de province, qui venait à Paris apprendre son métier, faire son stage et jeter sa gourme. Ce n’est plus cette espèce d’étudiant en commerce, qui n’est qu’une mauvaise et ridicule copie, plus vulgaire et moins lettrée, de l’étudiant en droit et en médecine.

Le calicot d’aujourd’hui, c’est un engagé volontaire dans cette grande armée du négoce et de la spéculation modernes où l’on peut conquérir tous les grades à la pointe de son activité, de son intelligence, de son audace.

Dans le commerce de jadis, comme dans l’armée de l’ancien régime, on achetait les charges de colonel, et les sans-le-sou ne pouvaient aspirer qu’aux sardines de sergent. Dans l’armée nouvelle, et de même das le commerce nouveau, tout homme de cœur et de tête possède au fond de sa giberne le bâton de maréchal.

Tel calicot, qui a commencé par vendre deux sous de fil, est devenu ensuite chef de rayon, puis intéressé, et se trouve aujourd’hui être co-propriétaire dans ces maisons énormes qui ont l’importance et le budget d’un ministère.

En quoi, je vous prie, cet homme-là ressemble-t-il au bellâtre des caricatures, au godelureau frisé et pommadé qui aune l’étoffe à coups d’œillades, fait la bouche en cul de poule, et se déhanche pour lancer sa ritournelle :

— Et avec ça, médême ?

Aussi, parmi ces calicots tant blagués, et si sottement, rencontre-t-on des intelligences, des valeurs, des caractères, d’énergiques et hardis jeunes hommes qui ont résolu à la moderne le problème du combat de la vie.

Il y a des bacheliers, par exemple. Oh ! ceux-là, comme je les admire ! Comme ils ont le droit d’être admirés ! Comme on devrait leur tirer le chapeau, à ces courageux qui montrent le bon exemple, en ce temps d’orgueilleux ratés, de demi-savants infatués et malheureux par leur fausse éducation ! Ceux-l, ils ont trouvé, et tout simplement, sans en faire parade, une des formes de l’héroïsme dans les sociétés nouvelles.

Ils auraient pu, comme tant de leurs congénères, prendre la file et la queue-leu-leu administratives, user leurs fonds de culotte dans des bureaux, encombrer de leur nombre les carrières dites libérales, et moisir ainsi à l’ancienneté jusqu’à la retraite.

Ils auraient pu aussi s’aigrir dans l’inaction et les espérances déçues, attendre que les alouettes tombassent toutes rôties, faire avec la peau d’âne de leur parchemin une serviette d’écrivassier ou un tambour d’incompris.

Au lieu de cela, au lieu d’être des pousse-cailloux de la médiocrité, ou des paresseux mécontents, au lieu de gémir ou de s’indigner sur les routines universitaires dont ils étaient victimes, au lieu de ces faiblesses puériles, ils se sont raidis dans leur virilité, ils ont bravement jeté leurs lauriers aux orties, comme on jette un froc, ils ont fourré leur diplôme inutile au fond d’une malle, et ils se sont forgé eux-même l’arme inconnue dont ils avaient besoin pour faire leur trou dans le monde.

Parmi eux, on trouve aussi des fils de boutiquiers, qui ont eu l’ambition d’un horizon plus large que celui de leurs pères, et qui compris les nécessités du commerce nouveau.

Des intelligents encore, ceux-là, et des courageux !

Leurs pères crient contre ces grands magasins, dont la monstrueuse opulence ruine le petit commerce. Leurs pères s’obstinent à lutter contre ces bazars énormes, et, vaincus d’avance, ne savent que geindre pour se défendre.

Eux, ils se sont dit :

— À quoi bon récriminer ? Le public a-t-il, oui ou non, intérêt à s’aller approvisionner dans ces palais ? Oui. Alors, comme l’en empêcher ? De quel droit ? N’est-il ps logique et juste que la majorité des consommateurs profite de cette transformation, fût-ce au détriment du petit commerce, cette minorité ?

Et ils ont pris parti pour l’esprit nouveau, pour le chemin de fer contre la diligence pour l’association contre l’effort solitaire, pour l’intérêt de tous contre l’intérêt de quelques-uns ! Et, plutôt que de rester gagne-petit dans une arrière-boutique, ils sont devenus commis dans ces temples merveilleux où mes patrons sont d’anciens commis.

Maintenant, que les calicots de cette temps, que les bacheliers en rupture de Conciones, que les petits bourgeois poussant en graine de millionnaires, que ces vigoureux et ces ardents soient une exception parmi les chevaliers de l’aune et de la guelte, parbleu ! qui vous dit le contraire ?

Mais dans toutes les parties, c’est la même chose. Et chez nous aussi, il y a le troupeau, le vulgaire. À côté des artistes qui arrivent à la vedette, il y a les avortés. À côté des écrivains dont le nom sonne comme une trompette, il y a les obscurs, les écrasés, tous ceux qui restent par terre.

Suffit que je vous aie montré, parmi les calicots, ceux que voilà ! Suffit qu’il y en ait un comme cela sur cent ! Cette élite, et l’esprit dont elle est animée, et l’intelligence et la volonté qu’elle prouve, c’en est plus qu’il ne faut pour être convaincu que le type ancien et légendaire est aboli. Ces quelques-uns, si rares qu’ils soient, c’en est assez pour donner à ces grands magasins l’âme dont je parlais tout à l’heure.

Vienne le romancier, et qu’il dégage cette âme, et qu’il sache la faire palpiter parmi l’éblouissement des étalages, les lumières des étoffes, le grouillis de l foule, le tintamarre des boniments, le feuilletage des grands livres, et qu’il trouve le Sésame ouvre-toi de ce capharnaüm, j’applaudirai des deux mains. Celui-là sera un maître, pour sûr. Il aura fait le roman du commerce moderne.

Entre ce roman-là et celui de la Bourse, qui n’est pas encore écrit non plus, tient presque toute la société actuelle.

Mais voici le malheur ! C’est que pour dégager l’âme de ces deux mondes, il faut l’avoir sntie passer et vivre en soi-même.

Autrement, on risque fort de voir seulement l’extérieur, la plastique, la nature morte de ces deux mondes, et de les descriptionner au lieu de les peindre.

Or, il s’agit uniquement de plaquer des épithètes et de barioler des phrases, ce n’est pas la peine de s’en mêler. Le dernier grimaud de lettres suffit à cette besogne, aujourd’hui que la rhétorique est devenue comme une palette dont toutes les combinaisons sont connues. J’en connais à la douzaine, des gens capables, en broyant les mots et des couleurs, de brosser avec cela un Vollon d’écriture.

Mais si l’on ne fait que cela, le calicot sera encore à faire. Ou plutôt on n’aura rien fit du tout. Et c’est le public alors qui pourra justement demander à l’écrivain :

— Et avec ça, monsieur ?

JEAN RICHEPIN. 


---Gil Blas publiera demain :

LE CAS DE MADAME DEAUDURAND
par Armand SILVESTRE.


Nouvelles & Échos


M. le président du conseil, ministre des affaires étrangères, a invité M. le général Chanzy, ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg, à venir le voir au palais d’Orsay. M. le ministre a insisté pour qu que le général Chanzy retirât sa démission d’ambassadeur en Russie.

M. le général Chanzy n’a pas caché à M. le président du conseil que ce n’était ps sans regret qu’il avait pris la résolution de quitter la grande ambassade à laquelle M. le président de la République l’avait appelé, mais que les motifs de conscience qui l’avaient déterminé à donner sa démission ne lui permettaient pas de la reprendre.

--

Un : la cmnmsc : de p.141, somme dm. l’amie dç i’ancix’m régirwçn on .5an ! la chamtn dç col-"ml. q k5 umch-wu m’www.1me’mr qu’un “74mn m— ariant. Dam’Jnm’c non. une.“ « k mümc dam l : mmmcrcc næ’nrauumu hnn’mc dt rïzlr ct du [Eîl’paumé : un land dt In) flibumc Ir ; [far—m. du : n’rxkîml.

Tri eaàituz. qui a mauvach par ’rtmhc : frux mus d : fil. tu cln’tnu cr ! mm chef de un. pub inrhtné, a mu’ourc aujourd’hui tu" : cn—pe’uprid mir : dm ; : cx nuiuxu ñnormu qm nm l’impomm : cL l : hudgn d’un mini : — me.

Ën 11106.} : rob ! prËc. tel hammam rnmm Ic-(Irl au bcflälrù dm catin- tumi. nu’: Nrcifl (ru-E a : pamnndd qui.’unc E’ÿñmflc à coup. d’œil !.rJ : —. (.xi : ln baume m cul et : poule. : 1 9 : “huit” : pam— hnnrn rèrourndlc :

-— 1 : 11. ne » : ç… Mime e

0’!

Ami. mrmî cc : caliçau un ! t1 » 515.5 ». fl :,.I filament. : encmm : x on des .nætlnigcum. du wkun. du. nm. « un, d’énçrgñquu cl 11mm. jeune : hnnulm qui ml “Bak— hh modth It pm’ulcmcdu 0mm : de la Inc.

Il y a des bmhch-rn. par : xcmpfic. 0 : 3 ! flux-h. roman ; 5| : la : dm’src’ Gym-11v : mon : le droèt’d’cmc minium ! _ Çqmmç on dcvmil 1cm— liru’5c dm- œnu..5 çcb comigwn Qui mqmrçm Iç’

au urmplæ. en ce kcmpc d’mmscfl— leur nm. I1 demi-unmsinùiùh t’l manucure.“ p.1 : leur (un : fluvalim ! CÇus-là, i3. au IMIIVÉ. a lib-Al simple. Lavant, snm en faire nradc, um « k9 .’o-rmu : k I’ILfrOiu’ñt nm Itb mina

In : uuicm pu. comme un : du lcun hamada. prendre h lib : et h queuc- lauqu tdmzulurmren. marteau [cm du Je culmrc dm : du huumpcm’ùm. brcr d : kuf n’omhm k1 mmcrçs ducs Hb-imln. n momr Aimi 1— l’anclcnucxé iurîu’a h “mm. _

I… mnaicm pu nunl a’alzrïr mm Lànzcglan et In c drames « flan. m.

çrxdzc quç lu açuthc : tombant“

man rûüc—s, (nir : nroc L’l pan d’inç

’Jc lrnr pan ! œmin unc &z-zænettz-Q’dcn » ra mu nu un nmbuur a !’mcam me.

Au l’rm de au. au llcu « 2’r : du puuntrcniflmu du la médiœrilé, ou dt) Parrflçln méronl’mh. au Iim du “ému au de ("041*135 wr Inca Muiines ùnivvminirca dan ; iEa :’uium viaa’mm. .nu tien d : ce : faiblcm uärün. un :

mm man dans hurvifi ms…“ mm » vcmrnl jeté Ittmi laurier : : ui orliu. t ; anva un y irzltc un (tac, ils. ou ! (ma-m ! km dmk’rmc inuriè : au (and d’une mana u il : Je mm ( « me MIL—mêmri l’amie mcra’nlrnh’c du « ! l » : M mn’ll ll’ZînJIn pmr lnirc’mxr emu dans lv : nm’ml :.


lauau fumé, ammndd, quîwnc N-

wŒc J’— MUP » d mfllada. 91m ffiil l : boni

Mm} eut, « m 1mm : au". dura. LI ; bymsqçlma. qui on : tu S’umbetun


d’un laan alu. Lus : qu : alul de

lump “En. c1 qui ont compr’u tu né- “me : au mynnmœ nmn’um—

ms mwflfgmss “mon. : em H. a numumpcull l

Laun ptnn tncm Cmnkh : m grands “tanins, (1 : 01 : 13 ! manqua— « Le opu- lçnw ru.p : _ le pan cm Lulu pèrcs ï’nbmncm a Mur mime (va ba- mn « En-arma. : l. vmncm d’un“. ne 3.x ». cm 1111 : granhc 1mm ts’dilcndre.

1411, 11 ; ne ton ! dû :

s— A un] bon’rfidimînzrl Le public IHL a au non. imdfËlil : lu : l’ap- pmvuiomnu dans tes 5mm 0m. Murs. con-mm ! l’en amas ! ! ch D :

ucl dmîl 3 NI-bI-a’l pas logiqma jmtt que L1 minorité « la cmmmal’curn punit : de mu : Imnformanua. Jill-n au diarimcm du pan commentant : minorité ?

li ! lu nru ris puni pau : I’üptil nou- ruu. pour t cumin de fer contre" dIIzgcmç, Pour l’utmcigflon courrc l’d- Ira-n mire”. pour l’amérû (à ; nom

oum l’mvêlèz de qudquçwm ! HI.

plum : quu (le njam gagnenpma dans un : arnctehwnquc. IT » un : data nm ion’mnu « km on kmplu « nm-I » leur : où lu puma ; 51ml d autith- mus—I

0..

Hammam. mm in çnlicm du mac "mure. que le’lauhcîun en rupture J : (.u’munn. « pack : peut : lxurgwh pauænm en. 51mn : dt miEII’nnruircgquc tu’i’i aura“ ; cl (ü dl’dtlfl, joint un : cuaçgmou parmi lu chenliq’sdç l’au : and : Il Ruelle, parbleu ! qui vous dllfie comnir : à A

Mais dam musc-1 1 : 3 pantin. ÿc’csl la même chut : En du ; nm » mm. il y a I : troupeau, 3 : ml.re. A du du ar— uhlb qui animal b t’a’îfllù, ü 11 : 1 nana. A (ôté tic-s écrivains ont k nom mmmmc une trompant. il y a la nbmm. la » écrans. cmu ceux qm muni 7.1 : 1cm. r

Suffit qme j :’l’ùlu ai : mmtné. parmi luczlêmu. au : qutrl’ter5’Suflk u’i ! y ru il ! un mmmt cdn un ccmf w élue. « Poser dom cllcnnnimôr. ct l’imanrgcncçnra gamme qu’au : prouve. c’en ut plut’11 tu film pnur nm mmrsmtu. u : s : I’riic anficn cl 3153m- Jnin : ü ! a i. Le : quelquçs—um, : 4 «  raru qu’ib moiteur. e’m çu » ne ; m donner ù ta ; [mais ring-dm Mm : d’un ! ic p.1 rlan mu : a Han-un.

Vn—nhs l : lün’ulñtîtr. u un ! dèpmgt « un : 5mn, : 1 qu’a ! Iæhch.un : alpin Le : parmi Sfmùuislmtmnl de : Et ngcs. L : — lumîèrcq (le ; éto (Tes, l1 gmuîllis dz In l’animluimamnrn du b—oxzimam. le (millflagc d—n granit livra. e ! qu’il cour : l : Sémaucomn-ma’d : : 4 CI— Phamnümj’lpplmdirlidu deutmu’m.

Ïclui-là un. un maître. pour sûr. 1| 1m : — hn 1cmmsn du cümmcroc mo- dent :

EMM en mamn et « hi 4. : la Hum— « capa n’es : [m armure écrin man 31h". lient pi’ùquc barn-.1 la touüd h:- mrîit.

5 I f’L

Mm; voici l : mulhcufl C’en qu : pourffqagrr l’lrjl : du : ce : du“ ! mark du. Il 1 : 1.“ hum : malin pan-H : t vi- n : : n ami-même. I

Aulrrmmt. on :’uqut [un de mir scultmaul l’utéri-tun L1 phnti u-c, h naturt madedc tu deux m0 a, et dn In.{cn’rÿw’mnrv.Iu lieu de lu admit ; _ l

Or, s’il s’agit : xmqumcn :.1 : pt ucr de : n’pidbèih : 1 si : banals : du [n ra- 5m. ce n’es ! pas. In’nc de l’an mater. |.c derniu gruau d : 1 : 1 : th aulh : l

.ççru : {mu-ç, achurd’lmt quq la du ! —

æon’qw m antenne cgmmr un : pal—m : d-ml tus-3m la minimums un : cm1 nun. J’cn calmait a la culmine, du j ; ch wpahlcäa a : Ni 16H In M1 Aimu’qui : (in cwîcüh. c br’osnn "tu: cela un Voüoa d’écriture.

Mai; ni l’on ne fuit que ce ! k : p r m : sera encart Maire. (in p uu’n on hum rie-s (ai : du mur. E1 cal le gu— ldi : non. quwûufl iuumm M’a-n dcf ù l’étfluln :

— E1 m’ci (L, momiva

JEAN RICHEPJN.


1H1 M41’Mlllln’lïl Janv“ :

LE CH DE IIDIIE llEllllwmmn par mlumn EILVEJ-’TIŒ.


Nouvelles 6 : Echas

H. 1H présidant“ 14mn. mail“ du ! maire ; magûm. a lutine 3E. l’.’3mm ! 1391m“ : mlJLL-mlnur du Puma à Mala- l’mriàzmng à n-Im’1.) mir : m plan « J’nhuy. Il. luinnln : a “mis-k ! par que [e cumul Chant ; muni n “IÛŒWIÙn Hammam : m l’âme

M. lagèur’nl Chant) ! n’a {il urine ; il. In prœldom du nomth que on ll’flntl, “pi qru n’gmt rçu’tl 1V ! ! ! pli. l1. rdmîu. usa IL ! qulalef h 53121114. nmPM’nv-“a û L1. qmflln M. In prôn-ltm du h Repu’bllquu- Lumfil appelé, mm IÏUI’Inzfi ïnukh dt ! admette ! 11m4 l rem-m sir : tmum— ï. dan- un u Ili’mtul’m na la“ mrmæxmvrm : oll de I1 mm. u-lm.

“Un

h : = nhrrllcvrq dtfldllws} nimfl’w : mal Un : sen-u : à lJuhllL Il ul qumuon d’un.


prDcÂ’S c nä-przhnn Faim Mmu X.. le’

(Pin Man. L… dutñàmdr’rñ faite 1U 53m Æ.) la ghnrc. quu mu ! lfnm r-m “5.. Fût : “lut. .. vu ; Invqu rime-1m. nana" : L : rames. un v ! " 1431:; Jn fila’ltwum d’5 l’iris. HUI y jwml h mult’he : [Ne-mm M Nu ! » fiçïlll azrtñfn arhqdu (“mnunuriu l1 4’; — œëlttull’nmjä’u IrrùLur-nl umrrnl lpar cunrrtu à la lzpwn d’un Hum-1 qu’nnlt mg…”.5 » hln’m sa X… un lrlhtûn dur-

munie, l un u :’15 Lb mua « m… w “m






La mal-56€. quo nom 4m11 canne-on In » 5ms, « al mura.an à tous le ; pond : du un ; ml M nu nm : ornant u’mbtniçut En. Il : r un : e..mw_ o 505|". yen. pl’wr

n’amqu juuuflmm cl pour Il ! “ ’5’.“ Î No:M 4|\

— y; nuque-m.. me.1… ni Ph ? ! "911.. m_ “chant m faim ban fddum, 1m al “nm”. puma ; A w nu- miner,

la dm n’ai-15L rip— d’gtlrnonlhulre, puisque sans w-c. ne, ai mal un xx’mim panna : w u : A M3134 mourant : 192M.

X

hmbnnu full. d’un 35 : “ ! er np’rlln n’y : (arum. je m : « un ml, HEM lb : 3€… {humain} ! m amer-do : a : ana. 4L mm (m’avais : I’WM lie-nana. dl : fleur

m nnni alu lui ræunnnkn 2, 30) lr.

mon“.

L341 boum », nu 1km de u dévouer nm. rùlonn un Innhcur du : alla qw 1m 3mn mua MM. 533ml chevaux, mina m. 9mm mmcr h ria Ergme la’lmdmnjn uni-9143m muhco. 1| cor-rut un : d : naïvnlln mura.

’ou cm1“ "tu-0m’ll M 41mm dam m droit. Vend la" : dmnl’cnnur, Tout mi m1 : bon : nm]. du} mth mura-i h üuufllfi’à. bu à t lrpôf-

’: 4 m ammu lump. lu : Im- ml w banni. dm mu chaud n l’amour. du reg-amène 1mn {mm un nu mmnl rient} ; que lue sauver, il l’abu- dunum. ban’nlo, un : n’aura“ : vin-l’op- nm qu’il 5sz Mut-äulm clorer lui.

Sana Réunit“, Mu ù 31… Mu— m du ! m nm m. mm. nu- mfi mu une ! a punks“) : l’oa- jmu’, lnmlu granulat hum—ut’ mm : n L’a lnèltdu i’cngngca à prun— M un ;, munn d’uymilkana.

X

Que 1mn“ Le mm Meunth l.” l ; m’dùrnbh, qm nuit Enltùhül Lim- la doxëcàlc (animal In unit-nue. aux “Enth nia shunt“ h alcalin.

Ëpum : a : Œlfll h garrim lui lama-

dm imam. ç : m turth du » h chu bu vnlulm aux orgie. la plu : çrqw- lent-u.’

[Ai malhæmülum’ùm mm : l h un » w L’on M rhum pu ma mm“. cari ! nana : Mura ! “ {au Pu tim_ n’xl ami : km ; sont ne lm pu In mana Humain.

En ! “ tout ah. 11m de 3… 1m ! ni- mutioujnoh m brut », hl au“ 3.1 : — dmmè, d mus’rürnm (la : L— dmnndn on liparian qu’st l’mhl. n’ww m trio banal rigian yawu’çnbn’t. m1154 h dans « ! » rhums mm à W9 m MW “puma.

Unnnnlrdn dmnnutc n cm Un Mec. ananas Juphinu. càm alrm mm. tan un nulno ami : pou lulJiJnin.

[Machin Ion : les üunndnu va : nnvcm- mm du dneœnhro, un (la de 1 : m’en“ u u on jouera h mutuel“ çtma Le mllnuû du MIMI. la— baln na mm- Wml qu’as pavinr.

Parmi 4L9 IIÜWMDÛI _qüi “rallient h mu m’en minimum : M Lyonn, 3M" ù’Mghmra ; h mana“) Endul M lady "maman. JIIËM tian-(en.

cumlmm du 341|“. le “cumul d Il nmmsum doülüy, Mm Shah-Dam, Iir Jühll l’üJ’lh’HÊ-

  1. q

Il and 15mm. 1.-“ mêqu’sierl : de’ll

nvm. emmn û craquant : un : ch

mmh agir-fou pu ln gënèul Dan”, d’numlñomr l : punition du m-lbmo- mnh d’imhulfl’in ut 61| naval-m

înul la manda ana-ne [A mua utwre m : hall (un l 1mn.wmum u mMzauhanl du mu— lp r te la : m9095 sa man mllaflïu r “ml-Mnxü par : an up’mu. aux : une du mnnuullo do IPB [un-a. n’en : put auahgiealllo uz’ùhu b puma ! [km mmm do mua-If“. nm Iqlvw a au ùu un m’a « mammaire ? mamm- naædqu lwnr 94+ : c4an 41mn nl’n Ban-mur pour mmhùdxr l’a-puma de

14m ; budget ! 86 Îü Michel, dom. MM la tu“ ! Mm !. mm : errenümu ici la marc.

min promu : lunnnlnn n If’ll’ maman : amb— d’anm’cn.. m leur mh. il ! auraient huit à ou toux-h ’tld Ennui paurlu 05km Il’mhnleuu d do 21.1 tram purin lirvntamnulc au. lcriE.

La ! Ion-[summum Nui [mm-nm rete- vnuu ne maniant : “un. phn 1M L : MM !.1th w : liaxtlnsnll Un "and- (.’a mi : m1 na : un lemriml nbe trubncnnùî qm lueur parmùlltm d’nLt-ncfn

Jlnfïstùdm m ôçaulnm du ùpluinn- . m : v nnlniInrl-t quùm n11)“ un : 445.346. 4-4 : LI au d-e mm 5min.

Tm Nilhw’èälnlñû 46 râum. nm ! —

Iuùf nu m _ u Champ Le uhlcu amant mu W : lama ot n par— dm“.

Animicm a {me union cm : — q-n : lt ninrqcî : un 1mm. la lum du Vùuûn là mante de Ilùugtmnt, le b… mu de : I dard— le coma : du’v’r un", In ne.me a. L—unglyfil. Hidan’mana“… u : Rama un Maruy. H. mal-e le Purin.

hl. (Soma : (.’nwmmr. M. L’r.’mmmu.




d’un} ; mu mm m. I’L’t’lmfi-quù da l’a— n}. l u ;.n-ëqhwqun ; ämm.æn- Un} Greg-ni ? la lunmlz UN l’aurai. 3mm aunhun 5L. 1192.", m. Hmt. 051’th ch : Ban.

, _…

IW’EUÆ !’l. u IMI

Lehna Tota— Hmmmîl hiùr and u. ambreî quand. puma ! {mua régna d’un verdi-avr. flanc-1l : nul pure du lu : mua. on dans-2h !.

.— Mnmnl mana ! radin-M ! m ale-1i- gant l’chjbl Il : dôigt. 6m13 on’qm’ou apædllu du mm » allant-m !

0’.

Il Prudhmmo au cm. » m115- Üm dn Chilelot, —

a (I Mut ratifiant-4 : ? Mml. nm m. {hl’dîkv qui lraaü— canna du ro- pmmor nm : r1 une J mu m1an nul-c « NM-a.

c’-

mlm W cr : w— t

f“ n’nirm pal bqnucunp 1m lumen : qui : nvnklom mégu—u.

— Panna ! r _ _

—’Paru qu’il ! fiw.5" nana.

LIMA ! “ mmu

L

« tu. Bmlm dl Il. N810 ! ! ! » n m un

al « . moulu. latin-.85 », T’.’|.’1. "un. “ü. ù ! un

M 26, 1 ! m.

minuit-:51“ “RIS’lf. 1G 5L ä.“ u 1 ;, un; ’E’c. Id !.17. m 3’ ».

n in li. “1333111.. 1., un un. mus". n.l.ls.r.anr.—. Lu : 44. 1.5". un. ML U’II’JIŒIL w {32 : 74, un. Pumnumni. m : 1. A131. Union mm. 1m, t.’. Ad. M. 2, 3L, un, un. Muni ! Il ! ” mim.’rl. amant-q. mana. armada. IW J.’.l

’—-’———

LE PETIT BRANTOME DE pocma

oc onuu. rum lu-u-ncücl un urum

u 6-151 a ; du “(mncäf u nst

IÊhIT.

L’unurmy nm fis-tqu pu ! « d : 4h00 » ! Minimum. no qw 1-. puma-ç n’ur palan man 215 : 1 ! d’hnbhude u qun lu (Mu-u fu’n- dn r1 : l’umou qui on flnmehrl tan ! nm “au ; ü— hdwn pn-Minïu qui lu 3 : 1 dl Eéiq lin Il mu

mu a n’en 1m me : un main“. fin. Mie ce “me ! L331 ma and ! 2 un} hum ! n’ai : s 61901 : ! dual Il compignla ù : gmu un", hou : — u 9.390.051 du “il, qui rasa dl- um : oul 5c Sou ; du Mur.. Rivinmmmsm de Guna mnàdlr " ou d’amont-nanar in Lai- m’a luuu’z— ÎruûùllIfDM-BWI un à—uolu Fa“ MI wîmm un uni". M m Il mu cw’unnggî, I Mnçi l’achat-Cul Jnînt E’l—INQIUI’“mu-rua’r Sen-n (Il mm, n

W41". m du ; xgu CI dix : ullr, 10mm : 1 : 5 lifrctm ùpllnn î’a

\-’uiu ù quoîlu aigretqu mainnuonn, cunhnna rLJuU-’rrugghmu u dimvdl au in JAMÏNIJ’ÏIU ! la par. Hupla fus”… un". (au n puma. nœud u puant“ Mu : dé- chu, 4 : man. h’W h sur. dæph in au ardu, eu Mm on pbichncudm.lr 3.41” : mrnlw. un ! « 51m.

Dt nia-K. no : ptiudl Im’heurt : I’n ne un ! a « 1mm : du maux-I mur. insur- un : alu pur. » nul-nul"..Acw : : n H ! — üu upnu. [Îth finnlm cl papi : tu houil- n, m 9m, murupww çmm| m Mnkîu : un « nue-ut, du “un {du un amant ln and}. nu à In p.. Id n’en i In lun— de. «  m : Mm » oc-en nuæhmm « m’an un M41— nLMmtùl du-’l’hlmfil.’

Lori. In marre : 51m vnm ntqr mu u, “ "nm-ml“ Il monlmt, Jnu lu

n En ! “ du :.1… nés-mu qun v cu- [wx du la rhhmn..l’nnm tu lad in na.- m. a

c. qu’un-bd : ra sur 1mm : l [regagné 1m Casavant. un’ndngw dl marche— « si ! — unu. qui n : n’ai h aimant". d an do u ng. mr h plu : — du nI-ubü 65 "un, ail il uncotn non mg “mach-Me. ra “Il : hum-nu du 0’3qu sur : la : film. v-mquealmkm m swaqu Mm muer“ un in’au : duc bail. 4mn « En file-Inuit la ! uru— rl Malin-

-0 ; p, li : d’un ! “ 3c urul dm : un un“, qlpclt un tuencm c-u bu, a au… » « unit » quantum-nia qui Nul din’: du" malin » r’i-hmi N n 1a nain rama.

.— Pu l’a-a. hi m’uvlwt l7“ u’l’w—Ifl. (-.1 tua-“(1min l’un : 1mn nm mm : N luge : un min

_ W, m1157, “qu’th rùim

.15 “muffin. on in u un : l0 bot d’aucun : Mm ürrcn du punk n Ml ;

1.. Son-ct mua-n l1 m’a-hum Mtqwno. « lad-mm“ P

r— Hea nm. l" ! ! ! 4| H ! Mu : m h Jmk’qe u l1 le mu : I : me’

—’0änlùh Ni“ 01W hm’urgm , k 3|’n’n cl (un “Jill-u IIIDM.

— Dfl mm mm. mm— In".

— Man, ù n m’en hum" u tu. 34 pu ;.. Var ! duo : (a qln’dù fûhùfl far il hl- wmium du Man…’


b.—

{’Vuœïudv du : plln arblmï’uâcqnn uu r ; lrinur du hum "turf du Ï’crmn. Nou- 11mm m a ! du l:; n « ’., et do SUR un. c AH’H’.

m erifl" qui u ! am— cMununks fru- snnwr. 5mm un.’m ! ! ! lin nmp Arma une lua-guw mine. dual f0 lu ! du [andin l-hu pla u’zn unn groin, "plus elmuuh en

1min : Il.klvnÇt-n.. In tablier nmé de nm’iu’

rnùul— n-Rùrl’t h la nid » : nla la (Tùuu. (En..va a u er’cr l’ùHä {mu u la j’u’w. lHL-ml rn’ùl’. h pñlàh h’paqilch 4c 1H un d’vnugcr on" GAI mm.

anal.

Auiomvj’hnan 1 : : whnnburha-fi-qun en l’un pan pur H635. pour « shunt » : au tan a : la {èllümmudù Mania-ana

.AEm— _

1H1 LEJYO « 1— : défufi1 rmî ùnhnssa nul “Sun, Lin : "Latin. b äum-Hflpim. A. Ifwgdçxwln u 1m du grand mmmau’r,

—— Par-uni a : lapin-r. « un : qua 3€ inan l : ultra ne. lui : (han-ma.

E4 m’a-m La « ! Les « le-u 1mn mucha ». ç’nçuùe In. nui : 44’551 : u le puma, n lumen-ml ! commit“ ! la M. ne : IN’M bruit de moulu, Lama. dlnmn n : u— — Cumul“, Jnñ’. na (ü ! dii n’u’ili “néant Ml ar- dlncr’: l’ander In bcn mit-n la flui’r, m qu’nh kiwis" Mur Net finish-hl Rut nnhmun ù tu n i l’wlm.

._ 5.3.1.”, du ! [un Chair. n qui {au " : 1133 canna au pulsion r

— inlpl, In lu yçm pour farcir pan-Æ un ! uni mnyvmlmä du ample un nnp zi’rmr armée.’Vnm— q’m l’y Il haché usa aî- q…’nm.d= n un du ùlnvfihù. l’ai umi : « 1 crampnmm lmr. h" mu nm ». [au r1- tniLfmu : u un“ ému !

— E ! — h’wn’1 :. näfdoa èi Brian n’a !.2 : .5 : zen æxçlu’: mu h rémiv— du : vnwlpq. ul’p : 1 : ch JulcâUnnnl.. fluyntu bhn h rhums « Non » Md IWNIMŒIL : :’u’nta- mon" mt du “mann— lnm büMandw « ru. "tatamis. m’a-nm et « maman. un uni. "mm, If vin : « ou malin !


connu Nana-1.1.5 : hl. Hum-m. I A euhw’amoma uns—nm“ : MM. R.—


musulman. nana-nm »





— —u.__.._

.nmbn. boum ü. dg. glu-nm J : La un- n’a—M mnrl—’sz n-L’ïlnlm. Arcuir— du rtuid. 31 : 11 : : I Au LI g-mlu, Jà’ùria h 3’“- lnmnfla. H4Hllll, 5cignm !. mal-un :.5 : ul- ÏIIQI I-hàfi. m6 : — nu 4 : 8“ Input plu-v mu ! Un : puma-1. ; au nu ! lux lulrr pan h (ému :. pas : (un : qul a. Lyflin nu Sis-y,

— Quoi 1 tu nanar— « eau (seul-nul 9

— 5’11. amud

m 510.1,’luflfmu Il ! r. mm !’

— 51 : 4 ; m’rl’m 1-’1l

—— l’an mina H Mu » —’

l— I’mnuy àin’u mnngua in ! lui… Purs n’a-muim’runp un mm : m

H 15m ana : 4’plus. » claqan t1

’ùmm-udn. nm : bu : ma n la nm : a : mat..1 (flan Tamlrufiç b nm mm, En un Mèjct nia la 501351515“ mon ! : cal, 1 : }’hradnJ’u (—3111 un nuplnrn m : oaùn. 44151196 5 17.213. : Æah’l 1— mm : guru : mm n L’or : 34 : 11 : ! lnflnwhnlu’rlrllmii ! nfid 44”. Urean Ion-mm, 1" tu eau Ba- n Musa-J par leur" : P

—r El (Il. n : [ri-nm m, 949m qum 1". 41H d’arm-’I a rrn An h préfch’

— Ils-ail Vr— Enfin ! du prmm y h ’J’bäkt-h réblhrina €033an pbr ounL 9min l— pscÿ Mut : 1 Ru panna :’c l : — a..— mnn ! duemhïrg.

=— 5120 : 1 ? ! du 949.1" Suez-h Culva

— anu a u’m rumen ! La mm” ; a: 5mn 4 u 1m fmm. mua 2.11,; 4151 : 1 : kan-Clusz filon : wame lu nmm nie u Mura a".

-— PH 0m. I’Ë’fl’.’l’mhvi. la’.’n liait [1’456 I1 9e H putain ! n rh’vunm. la r-uôrr dmhn d ; h pave-un.

E ! tu 50m, lul {hg-u un “aux ! [du : 14 la, .Iln In 1L dam nln n monr

— Oh ! et ! H1 hui Iudo a mmnhnr, æ : {MIMI-lu Il Nu ut flnflmr P…

manaru’.u moulu, E.

LES PAYSANS.

l’oagqursë "5m (ni— « M min-m m1 limande ! infini-en murmura na l’a » n : lu nm un du 3mm üpo“. fi. (timide. cita notifié qui 1 : 1 nqm. qc : l’on w. : a : ( « nm v— rm’flu lut : In amm— muow pliant : Bu’d’l-Iül’h’ mtntm lu Imn uun mal-nu 4m Maman "In-{m Il 550mm la » 3mm mu — un Muni : Jimlme nm : du flovream. lnxmlrmpzu étraùnnr d’aujaunl’hal d In : dnmunmaïr puy-Hum m’ayant. u’ w111an u : Hammam ». dam Leur IH [an-3 : 3" !’ « zt vu. u. « un. d’une : mon la” : natèrnunu Apuudm. t du : « que ! luit-ml unqu’mg lu, " mm 4h tub ? ! “ “dû —ùi llf’h hthh du mar— ro d’un amivltiLhEMrc P Lu paf-tan : nur- lcm, 9.15.1141 : qu cura mua Mkfnnh mm. : n ph“ : ut. mm ! tu 55mn Il la : mil” 11mm.” h h nm- ava : leur ! unnun hrmntn do Hua u s’mupàoul un yriikmpn In 1m43 un 434mm, 1mn "tu chouùIII. km ! » — Mm in lupin-cf M ü imitent du mm nn’xt. lvnrn 14m waræLc._Jnn Mnalkfl e ; 1mm Impflüflm jwm ; de : bmunn {nm hum !) op mm flnat un" nbo mubiiai A. I’uflfl-ûäflù du (AH-fi mm (fu- barbu [Almèra Fallu”:rama bu Hum jubämrcs qui cumin ! h minus mm; .Im man : a : m m1443 ! In : nvumumën. , en’uln.’I’ul’Il saut dn [nui-mi [mu-15 qu’un : marfirc « gara-1re (q nalm pnllpccçn Imam-m’a 1 : 1 “huit-.1 : qu’elle banni ! muni-L lm’nn que lu enchan— du u hangars-n : un lait-n, tara ! n’a-hem File à ! un éviter. mwa muni In venin’dm. Km trauma-u : le ! un" du {an.mn IC’II ni- wcanileqrdomzenlü en au : ml’mt’. —— pour la 3p : r o ! la garda : qnml lb ! 09H nu : maure h trou’J’JH pu Su Misa" n.ru m mm dh’nrrm “au : plus h" nlsnu hlh’bl,.i 1’th .3"an mûhmmum nu… d..— m’aüflfl.fl à" m alumina. nmw—mä-t ê’rr « L mnl I’oô’fanl M Inti mœfl inn’lî m. du“ n rire vs’rg4uiM, 3r1us Le : aux“ 4. Illq’un do m1 TIUEàLL Juneau » —.w Îlrü’. {en l’Ammln—ufl mus. 2min au p} nom. nnyriw [mu-Jan ! qu’on“ uni : a kmnw ut l1’elln h l’un enfin. h. nu’yc, a un 1mm no lm n. fùi upfùm..m.151 : r’lnpai’il “pasth cl quo les [—n’äll on ! 1’43 ! th (tu vaincu : o


nüraym un ; Fumer u n : un mu : h : dn Luun.

1T

En mu raton Rhum : qui n’a 1m b5 min au manio— pou : être mouvant : Lfnq ùmmq d’un hum-g magnum ! nui mariné nm l—’B m : m) 1.-}th tmhamnn 191. : Ie. dont [Il 5.1139115011 ! lu magna u mm, tu : : mmm mu du dm : anima un umn aur mou Ma n’a ! 5M Magnum un au. paume m— amie-m d "pub. Qur ne:trauma cm h— con- nm un n IN. l. » mur u-qu; d pan h [-hn. un 4533m : nm et. mr talc chnm n COL ! du I’ünücut r… flair Hammam : 1|. Iltlûdll 1mn- Mamm— A pänn fil lanrmu {Pnan if une « nais : de m n : chu-a : M au un) do’n-m ù (site. amant ne l’ampli ! un : m à ! demeurant. immmr. nenn— un- “154 dur. sa nanars ! ! ! n _ al {un} ! i : vide de m Lune-æ vrhucn Manm van puhknt du flhrJlm muqnl bus. 11 : “ La 3M) : fl-flhfilhfi’ctv ! lm’flllfll 50 ; ? E1150 dù la :. lcar : mu 59311 : 1 dn dire. 91h ch : tu 4h tumn nia-(43m [ml-du M gnurd’mni’: n paran ami-4M. L’a u an— nk. c4. nu n’wxmfln— mm. ç : q’h’ir. tu “a. 4p mutant JUth’l {Imams F s. » — il : Imam-ü : mu : n’J il 11min ! 2.5.440- d’pnç badge, où ifs phasme ! ! ! un larldlçn

in aux. IE1 : r. luinlflclî 1 un grnw ; linc’uv do la Inrmc, m : la çtud’flmfn un mur-te h diliaew do Cutanée. 11| 5.15m In mrer-unll I. mm » : Il’J-Ah : L". le

fi : ij A L1 lombkx IL : vrÿpsnruî’î-Î’. l’an-th fa ! t ut dam-2mn ! m.lrr mhtl un. : Iù phxudrc. nia : nm ! un L113 : à 11v : Mur, Mmu’motmm m : thnrïlt imam Ïlur u’ll (“flan qm’lqat 11H“ : Hum-ml IA. rm 1o « au boum. 1M ŒWH lai Ars"- 63mm“. u pzuuo’. mm Innga’u mnunn

"du mutants, 0L chu-ma —— nrÏ-m— lib punit ; — tint-4mm : ù L : 1min” (q durs- nlgn. 0 lus rrt-’mr m “audit. à l’utilth Jequ tours. [A rieur ne 1g hue un pu, mail m rue : n 4mnuum fla… pnæflcæ. ct du 2mm Imam uni-n


.wlrmqun. Plan h « mura-L an" : 4 »

mm-

ll kuznvèdu. m1 le ban-Mail Il : brrpr— o