Page:Gillet - Histoire artistique des ordres mendiants.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


TROISIÈME LEÇON

GIOTTO ET LES FRESQUES D’ASSISE


Les peintures d’Assise et les origines de la Renaissance. La Vie de saint François par Giotto. — 1. Les portraits de saint François. Portraits de Rome, de Pescia. La fresque du Sagro Speco. Le moyen âge et le portrait. — II. Giotto, sa vie par Vasari. Cimabue et Giotto. La Renaissance romaine : les Cosmates, Cavallini. Giotto et l’esprit franciscain. La Canzone contre les Mendiants. Caractère de Giotto. La mosaïque et la fresque. — III Les fresques de Giotto à Assise. Les débuts du naturalisme. La peinture de la vie : les personnages, le décor. Le type de saint François chez Giotto : le héros, le surhomme. Le Triomphe de saint François et l’idée de la gloire. Le Saint-François de Sassetta. — IV. Les vies des saints Mendiants dans l’art du moyen âge. Saint Louis de Toulouse et saint Louis, roi de France. Entrée de la vie contemporaine dans l’art.


Le charme de l’église d’Assise, ce sont les fresques dont elle est tout entière revêtue ; c’est l’imagerie sans pareille qui illustre ce grand reliquaire, et le peuple innombrable qui de la base au faite palpite dans sa pénombre ou s’épanouit dans sa clarté. On a ici le premier exemple d’un de ces décors à l’italienne, comme l’Arena de Padoue et la chapelle Sixtine, — c’est-à-dire ce qu’on connaît au monde de plus beau comme peinture monumentale.

Chose curieuse ! J’essayais l’autre jour de vous montrer en quoi la basilique d’Assise diffère des modèles français dont elle s’inspire ; je vous disais que toute la nuance consiste dans l’extension des parois et le développement