Page:Giraudoux - Amphitryon 38.djvu/156

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ALCMÈNE. — J’en suis là.

LÉDA. — Comment n’y avons-nous point pensé ! La ruse de Jupiter sera la plus simple des ruses. Ce qu’il aime en vous, je le sens bien depuis que je vous connais, c’est votre humanité ; ce qui est intéressant avec vous, c’est de vous connaître en humaine, dans vos habitudes intimes et vos vraies joies. Or, pour y arriver, il n’est qu’un artifice, prendre la forme de votre mari. Votre cygne, mais ce sera un Amphitryon, n’en doutez plus ! Jupiter attendra la première absence de votre mari pour pénétrer chez vous et vous tromper.

ALCMÈNE. — Vous m’effrayez. Amphitryon est absent !

LÉDA. — Absent de Thèbes ?

ALCMÈNE. — Il est parti hier soir pour la guerre.

LÉDA. — Quand revient-il ? Une armée ne peut décemment faire une guerre de moins de deux jours ?