Page:Giraudoux - Amphitryon 38.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


MERCURE. — Ou bouillante.

JUPITER. — Il me semblerait ébouillanter Alcmène, tant l’amour d’une épouse sait faire de l’époux une part d’elle-même.

MERCURE. — Mais enfin que comptez-vous faire avec la part d’Alcmène qui n’est pas Amphitryon ?

JUPITER. — L’étreindre, la féconder !

MERCURE. — Mais par quelle entreprise ? La principale difficulté, avec les femmes honnêtes, n’est pas de les séduire, c’est de les amener dans des endroits clos. Leur vertu est faite des portes entr’ouvertes.

JUPITER. — Quel est ton plan ?

MERCURE. — Plan humain ou plan divin ?

JUPITER. — Et quelle serait la différence ?

MERCURE. — Plan divin : l’élever jusqu’à nous, l’étendre sur des nuées,