Page:Giraudoux - Amphitryon 38.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


protéger des insectes, des orages, du hoquet. Sur l’urbanisme, sur les dieux. Toutes sortes de conseils d’urgence. Ce soir, il leur parle de la paix.

LE TROMPETTE. — Je vois. Quelque chose de pathétique, de sublime ? Écoute.

SOSIE. — Non, de discret.

Le trompette porte la trompette à sa bouche, bat de la main une mesure légère, et enfin, sonne.

SOSIE. — À mon tour maintenant !

LE TROMPETTE. — C’est vers les auditeurs qu’on se tourne, quand on lit un discours, non vers l’auteur.

SOSIE. — Pas chez les hommes d’État. D’ailleurs là-bas ils dorment tous. Pas une seule lumière. Ta trompette n’a pas porté.

LE TROMPETTE. — S’ils ont entendu mon hymne muet, cela me suffit…

SOSIE, déclamant : Ô Thébains ! Voici