Page:Glatigny - Le Fer rouge, 1870.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Se fit de la mort une fête,
Le jour où Laon capitula ;

Et que désormais, sur ta joie,
Sur ta paix hideuse, l’on voie,
Terrible, la foudre à la main,
Crachant sur ta lâcheté blême
Un flot de cendre et d’anathême,
Le froid justicier Thérémin…


15 septembre

Ce général n’a pas fait sauter la citadelle de Laon ; nul ne l’ignore ajourd’hui. On aurait voulu croire à un acte d’héroisme ; ce n’a été peut-être qu’un accideent. Les dates de composition des pièces du livre expliquent assez quelques erreur ou illusions de ce genre.