Page:Glatigny - Vers les saules, 1870.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Blondine.

Je ne sais si je dois…


Henri.

Je ne sais si je dois…Pas de scrupules vains !
Ne t’en souvient-il plus, chère, c’est toi qui vins
Tout d’abord me parler de joie et de folie
Et ranimer en moi l’espérance pâlie !
J’avais jeté mon cœur et tu l’as ramassé,
Viens dîner ! le menu sera bientôt dressé,
Et l’Amour surgira, victorieux athlète,
Dans le rouge argenteuil, les pieds sur l’omelette !

Ils entrent dans le cabaret.
Paraissent, d’un autre côté, Henriette et Marcel.






Scène II.


HENRIETTE, MARCEL.



Henriette.

Là nous sommes venus dans le mois des bourgeons ;
Des canards barbotaient dans la vase et les joncs,
De beaux petits canards que l’on mit à la broche…
Bon ! ma robe aux buissons à chaque instant s’accroche.