Page:Glatigny - Vers les saules, 1870.djvu/41

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Marcel.

Mon Dieu ! Que fais-je en somme ? Une chose ordinaire.


Pontchartrain, foudroyé.

Quoi, la cour à ma femme, et vous !… sang et tonnerre !


Marcel, sans l’écouter.

Donc, madame, vos yeux ont de charmants reflets.
Tels brillent, dans les cieux embrasés, les palais
Où le rouge Phébus remise sa berline.
Vous avez une grâce adorable et féline ;
Vos mains sont d’un enfant ; j’adore votre front,
Ciel pur que les soucis jamais n’obscurciront ;
Vos douces lèvres sont pareilles aux grenades,
Une abeille y viendrait guider ses promenades.
N’est-ce pas qu’il est doux, quand on a tout cela,
Les yeux où le soleil lui-même étincela,
Le charme, la beauté, la voix pure et sonore,
De se l’entendre dire ainsi qu’…


Pontchartrain, éclatant.

De se l’entendre dire ainsi qu’…Éléonore !


Marcel.

De se l’entendre dire ainsi qu’à vos genoux,
Madame, je le dis.