Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’une noble oisiveté, et tu reconnaîtras bientôt, à des transports secrets, l’influence de Cupidon, qui voltige çà et là par le monde.

FAUST.

Laisse-moi jeter encore un regard rapide sur ce miroir, cette image de femme était si belle !

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Non ! non ! tu vas voir devant toi tout à l’heure le modèle des femmes en personne vivante.

(À part.)

Avec cette boisson dans le corps, tu verras, dans chaque femme, une Hélène.