Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sur sa bouche ouverte pour un bâillement.

— Dieu aidant, il se peut que nous distillions dès cet automne. À la Pokrov[1] je gage que monsieur le bailli zigzaguera (textuellement : écrira de ses pieds des croissants allemands) dans la rue.

Sur ces mots, les yeux du distillateur disparurent et firent place à des plis allant jusqu’aux oreilles ; tout son corps fut secoué d’un fou rire et ses lèvres joyeuses quittèrent pour un moment la pipe fumante.

— Plaise à Dieu ! fit le bailli dont le visage exprima quelque chose qui voulait être un sourire. Aujourd’hui encore, il ne se monte que peu de distilleries, mais, dans l’ancien temps, alors que j’accompagnais la Czarine sur la route de Pereïaslav, défunt Bezborodko…

— À quelle époque tu nous ramènes, compère ! Alors, de Krementchoug jusqu’à Romen même, à peine si on pouvait compter deux distilleries, tandis qu’aujourd’hui… As-tu

  1. Fête de l’Église russe. Intercession de la Vierge qui a lieu le premier octobre, et est devenue pour les moujiks une date courante comme la Saint-Jean, la Toussaint, etc.