Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/128

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


à tous ces vauriens et de leur apprendre à ne se mêler que de ce qui les regarde ?

— Il y a beau temps, maître bailli.

— Ces imbéciles qui se sont mis… que diable ! il me semble entendre dans la rue les cris de ma parente… Ces imbéciles qui se sont mis dans la tête que je suis leur égal ; ils me prennent pour un autre, un simple Cosaque !

Une petite toux et un regard jeté en dessous autour de lui, donnaient à croire, que le bailli allait dire quelque chose d’important.

— En mille… (ces maudites dates, on aurait beau me tuer, impossible de me les rappeler) enfin, peu importe l’année, on donna l’ordre au commissaire d’alors, Ledatchy, de choisir parmi les Cosaques celui qui serait plus intelligent que les autres. Oh ! (ce oh ! le bailli le prononça en élevant le doigt), le plus intelligent pour accompagner la Czarine. Moi alors.

— Cela va sans dire ; tout le monde sait déjà, maître bailli, comment tu as mérité les faveurs de la Czarine. Avoue maintenant que c’est moi qui étais dans le vrai ; tu as menti quelque peu (littéralement, tu as pris un petit