Page:Goncourt - Hokousaï, 1896.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

kousaï, le grand artiste qu’elle a perdu, il y a un demi-siècle.

Oui, ce qui fait d’Hokousaï l’un des artistes les plus originaux de la terre : c’est cela qui l’a empêché de jouir de la gloire méritée pendant sa vie, et le Dictionnaire des hommes illustres du Japon, constate que Hokousaï n’a pas rencontré près du public la vénération accordée aux grands peintres du Japon, parce qu’il s’est consacré à la représentation de la Vie vulgaire[1], mais que s’il avait pris la succession de Kano et de Tosa, il aurait certainement dépassé les Okiyo et les Bountchô.


II

Hokousaï[2] est né, le dix-huitième jour du premier mois de la dixième année de Hôréki, le 5 mars 1760.

Il est né à Yédo, dans le quartier Honjô,

  1. Je me conforme à la traduction consacrée, mais Oukiyô yé serait plutôt traduisible par : la vie courante, la vie, telle qu’elle se présente rigoureusement aux yeux du peintre.
  2. Les Japonais mangent le ou du nom et le prononcent Hok’saï. Maintenant encore, les Japonais aspirent