Page:Goncourt - Journal, t5, 1891.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


pas travaillé par des ambitions terrestres, il ne désavouerait pas devant le public « ses idées générales » de cabinet particulier.

Un dernier mot. Je me suis refusé à répondre de suite à M. Renan. J’ai voulu qu’au revers de ma réponse, il y eut ce volume imprimé, qui, je le répète une seconde fois, doit apporter à l’esprit de tout lecteur indépendant et non prévenu contre moi, la certitude que selon l’expression de M. Magnard, dans le FIGARO, mes conversations de celui-ci ou de celui-là, « suent l’authenticité. »

EDMOND DE GONCOURT.