Page:Goncourt - Journal, t5, 1891.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


dans l’église de Neuilly, où il y a à peine, quelques mois, j’assistais au mariage de la fille.

L’enterrement est pompeux. Les clairons de l’armée rendent les honneurs à l’officier de la Légion d’honneur. Les plus touchantes voix de l’Opéra chantent le Requiem de l’auteur de GISÈLE. On suit à pied le corbillard jusqu’au cimetière Montmartre. J’aperçois dans un coupé, Alexandre Dumas lisant l’éloge funèbre, qui doit être prononcé, au gros Marchal, effondrant le petit strapontin, sur lequel il est assis en face de son illustre ami.

Le cimetière est plein de bas admirateurs, de confrères anonymes, d’écrivassiers dans des feuilles de choux, convoyant le journaliste, — et non le poète, et non l’auteur de MADEMOISELLE DE MAUPIN. Pour moi, il me semble, que mon cadavre aurait horreur d’avoir derrière son cercueil, toute cette tourbe des lettres, et je demande seulement, pour mon compte, les trois hommes de talent, et les six bottiers convaincus, qui étaient à l’enterrement de Henri Heine.

Novembre. — Bar-sur-Seine. Anna, la vieille bonne d’ici, a une langue qui enfonce tous les faiseurs de pittoresque. Revenant de voir une voisine malade elle disait aujourd’hui : « Elle épouvante ! » Elle disait encore d’un ménage qui fait bonne chère : « Ils mangeraient un royaume ! »