Page:Goncourt - Journal, t6, 1892.djvu/288

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


des circonstances toujours nouvelles. Ce qu’il y a de curieux, c’est que cette imagination avait le côté hallucinatoire de ces petits romans, que les enfants inventent, et jouent tout seuls, dans des coins noirs de chambre.

Ces jours-ci, à propos de l’article menaçant du journal allemand, j’étais repris par cette rêvasserie homicide.

Dimanche 26 août. — J’ai des lâchetés de vouloir, quand les choses me demandent de la locomotion, des lâchetés, comme on en a dans le mal de mer.

Lundi 27 août. — Je monte hier, en voiture, avec un vieux monsieur à favoris blancs, le chapeau posé en arrière de la tête, avec, diable m’emporte ! l’accent anglais, et que je prends pour un Anglais.

À Sannois, il descend avec moi, et le voilà dans l’omnibus de la princesse. C’est Minghetti, le ministre des finances italien. À l’heure présente, c’est chez les Italiens de la société, une rage d’imitation britannique, dans la tenue, l’habillement, la coupe des favoris, et le reste.

— — — — Si l’on était jeune, il y aurait un livre