Page:Gossuin - L’Image du monde, édition Prior, 1913.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 177 —

[F° 109 d]stronomie, ne la nature des estoiles sanz riens savoir de leur mesure ; pour ce les voudrent mesurer et prouver toute leur grandeur.


vii [a].
Pourquoi [1] et comment l’en mesura le monde.

Tout premierement [2] voudrent mesurer la grandeur du monde tout entour la terre, tot [3] avant, par quoi il proverent [4] la hautesce des estoiles et la grandeur du firmament tout entour. Car ne sorent trouver ailleurs plus grant mesure a mesurer.

[F° 110 a] Quant il orent mesurée la terre, combien ele estoit lée tout environ, et combien ele a d’espés par mi, si enquistrent après de la lune, pour ce que ce est la mains haute de la terre, et la plus prouchainne. Puis vodrent [5] enquerre du soleil [6], combien il estoit loing de la terre et combien son cors a de grant. Si le troverent [7] assez plus grant que toute la terre n’estoit.

Quant il orent mesurées [8] ces ·iii· choses : le soleill et la lune et la terre, si porent enquerre de le-[F° 110 b]gier des autres estoiles après, combien chascune [9] est près ou loing, et la grandeur de chascune [10]. Dont il n’en trouverent nulle [11] que son cors n’ait [12] plus de grandeur que trestoute [13] la terre n’a, fors trois des planètes sanz plus. Ce est Mercures et Venus ; et la lune si est la tierce. Ce sont ices trois dont chascune est plus petite que la terre n’est [b].

Dont chascuns peut [14] enquerre pour voir, se [F° 110 c] il set l’art de geometrie [15] et l’art d’astronomie avoec [16]. Car ce li couvient il savoir premierement, ainz qu’il en puisse enquerre la verité en savoir. Mais pour ce que tuit ne sont mie bon clerc ne [17] maistre d’astronomie qui le peüssent esprouver, voudrons [18] nous raconter aps combien la terre est longue, et combien ele a d’espés par mi, et combien la lune est ensus de la terre, et li solaus [19] qui est desus la lune, et combien chascuns [F° 110 d] a de grandeur ; si comme li rois Tholomeus l’esprouva. Si vous [20] redirons des estoiles, et du firmament, et leur grandeur et leur noblesce, et la hautesce du firmament ; de tout ce vous dirons [21] nous.

Mais nous vous dirons avant du roi Tholomeu [22] qui tant sot de demous-

  1. — B : quoy.
  2. — A : premiement.
  3. — B : tout.
  4. — B : prouverent.
  5. — B : vouldrent.
  6. — B : solleill.
  7. — B : trouverent.
  8. — B : mesuré.
  9. — B : chacune.
  10. — A : à partir de « de chascune » jusqu’à « de grandeur » deux fois répété.
  11. — B : nule.
  12. — B : n’aist.
  13. — B : « trés » manque.
  14. — B : puet.
  15. — A : gemetrie.
  16. — B : « avoec » manque.
  17. — A : « ne » manque.
  18. — B : voudron.
  19. — B : souleuls.
  20. — A : Si vous.
  21. — B : redirons.
  22. — B : roy Tholomeus.
  1. [F° 109 d111 a = Vers 5003-5068.]
  2. « Dont il n’en trouverent... que la terre n’est. » Neckam I. 8.