Page:Gossuin - L’Image du monde, édition Prior, 1913.djvu/204

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 196 —

[F° 130 b] et compassées par ymages qui toutes ont diverses estres, et chascun sa fourme et son non, par quoi [1] l’en les connoist et nomme [2].

Dont l’en en connoist principalment [3] ·xlvii· dedenz le firmament. Et de ceuls prant [4] l’en ·xii· des plus dignes que l’en [5] apele les ·xii· signes. Et font ·i· cercle tout entour les ·vii· planetes, la ou eles font leur tour.

Moult sommes del ciel loing [6], et est ensus de nous [7]. Car cil qui est pris en pechié jamais nul jour la n’avendra. Et l’ame qui [F° 130 c] l’a desservi i est alée tantost en mains d’une heure, et encore [8] plus haut tout desus, si haut en paradis amont, que nus hons qui soit en cest monde ne porroit penser la leesce ne la hautesce ou l’ame vait [a].

Ne nus ne porroit [9] comparer, tant i seüst penser, le grant ne le haut de la sus a la grandesce de ça jus, qui est de la terre jusques au firmament. Car cele si est sanz finement. Et est li firmament [10] si granz et si hauz et si larges de touz sens qu’a [11] [F° 130 d] painnes porroit nus penser le nombre qui entrer i porroit des terres qui emplir le porroient, s’eles estoient toutes en ·i· mont, dont chascune seroit ausi grant comme toute la terre qui soit. Et toutes voies vous en dirons nous, ce que mieulz y [12] poons penser.

  1. « Moult sommes... ou l’ame vait. » Sydrach Add. 152.
  1. — B : quoy.
  2. — B : noume.
  3. — B : principaument.
  4. — B : prent.
  5. — A : « l’en » manque.
  6. — B : soumes du siecle loing.
  7. — A : loing et ensus. (« est... de nous » manque.).
  8. — B : enquores.
  9. — B : n’i porroit.
  10. — B : firmamenz.
  11. — B : que a.
  12. — B : i.


xix [a].
De la grandeur du firmament et du ciel qui est [1] dessus [2].

Se la terre estoit plus granz ·c·m· tanz qu’ele ne soit, et si i eüst ·c·m [3]. tanz [4] de genz qu’il n’i ot onques, et chascuns d’euls fust si puissanz qu’il en [5] peüst engen-[F° 131 a]drer ·i· autre chascun jour, jusques a ·c·m· anz, et fust chascuns ausi grant [6] comme uns jaianz [7], et eüst chascuns son chastel autresi grant comme nus rois eüst onques, et bois et rivieres, fours [8] et moulins, champaingnes [9] et jardins et prez et vingnes, chascuns tout entour sa maison pour son vivre ; et en eüst a si [10] grant foison que chascuns en peüst tenir ·c· maisniées [11] pour lui servir ; et chascuns de cele maisniée [12] en tenist ·xx· au-[F° 131 b]tres, et eüst grant pourpris en leur manoir : si porroient il bien trestouz chevir dedenz le firmament. Et enquores en y avroit il de wuit [13] plus que trestuit [14] ne pourprendroient pour euls esbatre s’il [15] vouloient [b].

  1. — B : « qui est » manque.
  2. — B : desus.
  3. — B : mile.
  4. — A : « qu’ele ne soit, et si i eüst ·c·m· tanz » manque.
  5. — B : em.
  6. — B : granz.
  7. — B : jaanz.
  8. — B : et fours.
  9. — B : champaignes.
  10. — B : ausi.
  11. — B : maisnies.
  12. — B : maisnie.
  13. — B : vuit.
  14. — B : trestouz.
  15. — B : se il.
  1. [F° 130 d133 c = Vers 6142-6275.]
  2. « Se la terre... esbatre s’il vouloient. » Sydrach Add. 460. S. 120.