Page:Gossuin - L’Image du monde, édition Prior, 1913.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 91 —

De celui hester prennent les anges [1] leur cors et leur elles, quant Nostre Sires les envoie en terre en message [2] a ses amis, quant il leur veult demoustrer aucune chose. Et pour ce samblent [3] [F° 39 a] il estre [4] si cler [5] as hommes pecheeurs [6] de ça jus, que leur oeill ne pueent souffrir la resplendeur, ne regarder cele grant clarté [7], comme cil qui d’oscurté sont [8] plain ; c’est a dire plain de pechiez dont il sont tuit empli. Si en est avenu maintes foiz que, quant li ange estoient venu a aucun homme [9] en aucun lieu pour la volenté [10] de Dieu annoncier, que, tant dis comme li anges parloit a lui, il se cheoit a terre [11] ausi comme endormiz. Et li estoit [F° 39 b] avis qu’il n’ooit la parole de l’ange fors autresi comme en sonjant. Et estoit touz muz sanz parler jusques a tant que li anges s’en repairoit arrieres [a]. Lors li preudons se resveilloit, qui bien se remembroit [12] du dit que li anges li avoit annoncié. Ausi [13] vous di je certainement [14] que nus hons corporels ne s’i porroit soustenir en nulle maniere. De cele clarté est la lumiere [15] qui est ps du saint ciel la sus, dont nous sommes si en sus mis. Car nulle [F° 39 c] chose corporel ne s’i porroit soustenir en nulle maniere [16] pour quoi [17] il fust de riens pesant. Ne nus oisiaus, tant soit volanz, ne se porroit la soutenir [18], que il ne le couvenist [19] venir aval, ausi comme une pierre, jusques a l’air ou il porroit reprendre [20] son voler, se il n’estoit esbahiz de [21] descendre. Car nus n’i porroit demourer, se ce n’estoit esperituel chose ; ne point n’i avroit de son vivre [22]. Car neant plus que li poissons [F° 39 d] peut [23] vivre en cest air ou nous soumes, ne lui soustenir, que moult tost morir [24] nel couvenist, et moult tost periroit [25] se il n’estoit adès norriz [26] en l’yaue [27], tout autresi vous di je de nous que nous ne nous porrions mouvoir en cel air perpetuel, ne vivre, ne demourer, tant comme [28] nous aions cors mortel.

  1. — B : angres.
  2. — B : mesage.
  3. — B : samblant.
  4. — B : « estre » manque.
  5. — B : clers.
  6. — B : pecheours.
  7. — B : ne cele grant clarté regarder.
  8. — B : « sont » manque.
  9. — B : houme.
  10. — B : voulenté.
  11. — B : lui.
  12. — B : ramembroit.
  13. — B : aussi.
  14. — B : certainement.
  15. — A et R : « De cel eclarté est la lumiere » manque.
  16. — A : nulle cho maniere.
  17. — B : quoy.
  18. — B : soustenir.
  19. — B : covenist.
  20. — B : resprendre.
  21. — B : du.
  22. — A : niure.
  23. — B : puet.
  24. — B : mourir.
  25. — A : proit ; B : periroit.
  26. — B : norrir.
  27. — B : l’iaue.
  28. — B : comment.
  1. « De celui... repairoit arrieres. » Neckam I. 3 ; Honorius August. Imago Mundi I. 67 et 53 (Patrologia t. 172) ; Bède. Liber vari. quaest. 9 ; St-Grégoire le Grand, Moralia l. 28 ch. 1. (V. Introd. p. 35.)


[a].
Comment li quatre element sont assis.

Cele clarté dont nous vous avons dit [1], qui air espirituel [2] a non, dont [F° 40 a] li ange prennent leur atornement, environne tout entour les ·iiii·

  1. — B : dist.
  2. — B : esperituel.
  1. [F° 39 d40 c = Vers 1698-1732.]