Page:Gouges - L esclavage des noirs (1792).djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
24
L’ESCLAVAGE DES NOIRS,

VALÈRE.

Non, les François voient avec horreur l’eſclavage. Plus libres un jour ils s’occuperont d’adoucir votre ſort.


MIRZA, avec ſurpriſe.

Plus libres un jour, comment, eſt-ce que vous ne l’êtes pas ?


VALÈRE.

Nous ſommes libres en apparence, mais nos fers n’en ſont que plus peſans. Depuis pluſieurs ſiècles les François gémiſſent ſous le deſpotiſme des Miniſtres & des Courtiſans. Le pouvoir d’un ſeul Maître eſt dans les mains de mille Tyrans qui foulent ſon Peuple. Ce Peuple un jour briſera ſes fers, & reprenant tous ſes droits écrits dans les loix de la Nature, apprendra à ces Tyrans ce que peut l’union d’un peuple trop long-tems opprimé, & éclairé par une ſaine philoſophie.


MIRZA.

Oh ! bon Dieu ! Il y a donc partout des hommes méchans !