Page:Gouges - L esclavage des noirs (1792).djvu/47

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
44
L’ESCLAVAGE DES NOIRS,

Scène V.


Mme DE SAINT-FRÉMONT, M. DE SAINT-FRÉMONT.



Mme DE SAINT-FRÉMONT.

EH bien ! mon ami, votre préſence a-t-elle diſſipé cette fermentation ?


M. DE SAINT-FRÉMONT.

Tous mes eſclaves ſont rentrés dans leur devoir ; mais ils me demandent la grace de Zamor. Cette affaire eſt bien délicate, (À part.) & pour comble de malheurs, je viens de recevoir de France des nouvelles qui me déchirent le cœur.


Mme DE SAINT-FRÉMONT.

Que dis-tu, mon ami, tu ſembles te faire des reproches. Ah ! ſi tu n’es coupable qu’envers moi, je te pardonne tout pourvu que ton cœur me reſte. Tu détournes les yeux ; je vois couler tes larmes. Ah ! mon ami, je n’ai plus votre confiance ; je vous deviens importune ; je vais me retirer.


M. DE SAINT-FRÉMONT.

Toi, me devenir importune ! jamais, jamais. Ah ! ſi j’avois pu m’écarter de mon