Page:Gouges - L esclavage des noirs (1792).djvu/60

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
57
DRAME.

SOPHIE.

Sans le ſecours de Zamor, auſſi intrépide qu’humain, je périſſois dans les flots. Je lui dois le bonheur de vous voir. Ce qu’il a fait pour moi lui aſſure dans mon cœur les droits de la Nature ; mais ces droits ne me rendent point injuſte, Madame, & le témoignage qu’ils rendent à vos rares qualités fait aſſez voir qu’ils ne ſont point reprochables d’un crime prémédité. Quelle humanité ! Quel zèle à nous ſecourir ! Le ſort qui les pourſuit devoit plutôt leur inſpirer la crainte que la pitié ; mais, loin de ſe cacher, Zamor a affronté tout péril. Jugez, Madame, ſi avec ces ſentimens d’humanité, un mortel peut être coupable ; ſon crime fut involontaire, & c’eſt faire juſtice que de l’abſoudre comme innocent.


Mme DE SAINT-FRÉMONT, aux Eſclaves.

Mes enfans, il faut nous réunir avec les Colons, & demander la grace de Zamor & de Mirza. Nous n’avons pas de tems à perdre : (À Sophie.) & vous, que je brûle de connoître, vous êtes Françoiſe, peut-être pourriez-vous… mais les momens nous ſont chers. Retournez auprès de ces infortunés ; Eſclaves, accompagnez ſes pas.