Page:Gouges - Le couvent - 1792.pdf/36

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
24
LE COUVENT,


Le Grand-Vicaire, à part, au Marquis.

Le bourreau nous tiendra parole. Tâchons d’amollir ſa fermeté par l’eſpoir des récompenſes.


Le Marquis, au Curé.

Une ſemblable démarche, M. le Curé, contrarieroit fort de certaines diſpoſitions où vous êtes intéreſſé. Je ſuis le parent & l’ami du Miniſtre de la feuille des bénéfices. Déjà j’ai ſa promeſſe en votre faveur. Prenez garde que je peux en précipiter l’effet, ou lui rendre ſa parole d’une manière à vous ôter tout eſpoir pour l’avenir.


Le Grand-Vicaire.

La réputation de vertu de M. le Curé m’avoit auſſi inſpiré des vues. On connoît mon aſcendant ſur l’eſprit de notre Prélat. Certaine prébende qui vaquera bientôt dans un Chapitre opulent…


Le Curé.

Ainſi, pour prix de ma complaiſance, je pourrois, ſous peu de tems, me voir revêtu d’un Canonicat ou de quelque gros Prieuré ?


Le Marquis.

N’en doutez pas.