Page:Gourmont - Pendant l’orage.djvu/114

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


UN AMÉRICAIN ÉCRIT

13 mars 1915.

Je traduis : « Le socialisme est un militarisme sans canons. C’est de la militarisation industrielle. L’État est déifié au lieu du Kaiser. La France décapita un roi et offrit aux adorations une Déesse de la Raison. Les Allemands abattront un empereur et érigeront une Déesse, appelée Nous, Vous, État, Tous. Le socialisme est puissant en Allemagne, parce que les Allemands sont un troupeau et non une race d’individus. Militarisme, routine, économie, système, voilà leurs fétiches verbaux et ils révèlent l’âme d’un peuple. L’empire allemand, depuis cinquante ans, n’a plus de cerveaux, mais une collection de trous à pigeons. Le peuple allemand est philistin et bourgeois au fond du cœur. Du militarisme au socialisme, il n’y a qu’un pas, parce que les deux systèmes ne sont opposés que superficiellement. Ils émanent tous les deux du même instinct psychologique, l’impérieux besoin de l’autorité chez un peuple, l’aveu qu’il est sans espérance comme individu. Ceci explique