Page:Gourmont - Pendant l’orage.djvu/123

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


doivent être comptés pour peu de chose quand il s’agit d’un grand bienfait à distribuer à des hommes qui ont longtemps souffert et qui souffriront longtemps. D’ailleurs, cela ne peut s’adresser qu’à un petit nombre d’invités et aussi à un petit nombre d’invitants. M. de Bonnefon parle d’étendre cet accueil à la famille du soldat-artiste ou du soldat-écrivain. Cela restreint encore le nombre des maisons qui peuvent s’ouvrir à ce genre d’hospitalisation intime. Au fait, n’y en aurait-il que quelques-unes que ce serait encore heureux d’en avoir forcé la porte avec cette idée, qui est charmante et dont l’auteur doit être grandement félicité. Elle peut même avoir une grande portée sociale et de grands résultats. Nous ne serons pas toujours en état de guerre. Il peut en résulter des habitudes d’hospitalité des plus heureuses pour notre sociabilité qui devenait un peu égoïste.