Page:Gourmont - Pendant l’orage.djvu/64

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA VIE DANGEREUSE

13 décembre 1914.

Vers la fin du mois de juillet, j’avais eu l’occasion de rassembler quelques idées sur ce que les Américains et en particulier M. Roosevelt appelaient « la vie dangereuse » et qu’ils tenaient pour un idéal. Puis d’autres soucis que littéraires me prirent comme tout le monde et j’oubliai la spéculation. Mais je puis dire qu’à l’heure présente, pas plus qu’à des moments plus heureux, cet état, qui est actuellement le nôtre, me semble assez éloigné d’un idéal sensé. Sans doute, cela exalte nécessairement certaines qualités de l’être humain, mais aux dépens de tant d’autres Il est peut-être bon de l’avoir traversé, mais qu’aurait édifié l’homme s’il avait vécu toujours dans une perpétuelle alerte ? Il n’aurait même pas atteint la période barbare, il serait encore à l’état sauvage. La vie dangereuse est un moyen de conquérir la maîtrise de soi, ce n’est pas un état dont la perpétuité soit souhaitable. Dernièrement, un poète qui était sur le front écrivait à des amis « Envoyez-moi des livres qui